Définition de la comptabilité : son rôle et ses enjeux

Comptabilité : définition et enjeux
Sage Comptabilité Online
49 €
4

Sage Comptabilité Online

Le Cloud à la portée des PME
30 jours gratuits
QuickBooks
14 €
5

QuickBooks

Logiciel de gestion pour petites entreprises n°1 mondial
Offre exclusive -50%
Yooz Business Edition
99 €

Yooz Business Edition

Dématérialisation et automatisation processus PtoP en Cloud
Essai gratuit

Face aux multiples contraintes fiscales et juridiques, il arrive qu'on se pose la question : à quoi sert la comptabilité ? De quoi s’agit-il ? Et quels en sont les enjeux ? La définition la plus simple de la comptabilité : au travers de cette activité, le comptable pointe, classe et vérifie tous les déplacements d'argent, flux financiers de l'entreprise, comme les recettes et dépenses. Revenons sur le principe même de comptabilité pour mieux l'appréhender et en comprendre tous les contours : au coeur des enjeux de la comptabilité, il est en effet question de la bonne gestion de votre entreprise.

Définition de la comptabilité d’entreprise

Qu’est-ce que l'exercice comptable ?

La comptabilité, ou exercice comptable, revient à comptabiliser les ressources financières, c’est-à-dire à rassembler, coordonner et évaluer l’ensemble des capitaux de l’entreprise. L’un de ses objectifs est l’élaboration d’un document appelé compte de résultat ou état de synthèse, qui fait une synthèse de la situation financière de l’entreprise. Il permet de statuer sur les chiffres d’une période précise – les comptes annuels par exemple — et de les partager :

  • en interne, au chef d’entreprise ou aux différents dirigeants, aux associés et aux actionnaires,
  • en externe, à l’Etat, aux partenaires, aux banques, aux organismes de crédit, aux clients, aux fournisseurs, etc.

En somme, tenir sa comptabilité c’est surveiller l’état financier de son entreprise, pour vérifier si elle fait du bénéfice et rassurer ses partenaires.

Les principes des écritures comptables

La tenue comptable passe par l’enregistrement des mouvements monétaires. Chaque transaction financière d’une entreprise est notée dans un livre comptable, ou grand livre – qui peut être un cahier, un classeur ou un logiciel comptable – selon une règle précise : une colonne est consacrée au crédit et une autre au débit. Sous forme de tableau, l’écriture comptable permet d’établir sur une même ligne un lien entre ce qui est débité et ce qui est crédité du compte. Il faut ajouter à ces informations chiffrées, tous les documents comptables, c’est-à-dire les pièces justificatives correspondantes aux flux : remise de chèque, versement, quittance, facture d’achat, ticket de caisse ou de péage, etc. Ce travail garantit une bonne lisibilité de l’historique des comptes, chose utile notamment en cas de contrôle, audit, ou autre.

Comment réglementer l’écriture comptable ?

L’exercice du comptable est soumis, comme toute activité de gestion commerciale, au code de commerce. Mais le comptable se réfère surtout à une autre réglementation, plus précise, qui est le PGC (plan comptable général). Son rôle est de déterminer et de faire respecter les normes comptables : les objets de l’expertise comptable, ses principes, ses devoirs, etc. Les comptables sont représentés en France par l’ordre des experts comptables qui sert à faire valoir leurs droits et leurs revendications. Au niveau international, les opérations comptables sont standardisées par l’IFRS (International Financial Reporting Standards). Ce sont les normes qui permettent aux grandes entreprises multinationales et aux ONG de faciliter leurs opérations commerciales pour une meilleure gestion d’entreprise.

Les différentes formes de comptabilité

Si la comptabilité émane de pratiques issues d’un tronc commun, elle peut cependant être divisée en plusieurs types. On en distingue trois :

La comptabilité générale

Aussi appelée comptabilité financière, la comptabilité générale donne une image fidèle et globale de la situation économique de l’entreprise. Elle sert notamment à établir le bilan annuel qui synthétise le patrimoine de l’entreprise et calcule son résultat. Cette forme de comptabilité sert à communiquer avec les actionnaires et tous les acteurs externes

La comptabilité analytique

La comptabilité analytique consiste à calculer les coûts, pour en déduire la rentabilité de chaque segment d’activité. On dresse ainsi des ratios par centre de profit, par centre de coût, ou encore par secteur géographique. À la lecture de ces calculs, on identifie les postes bénéficiaires et déficitaires de l’entreprise.

La comptabilité budgétaire

La comptabilité budgétaire est prospective, elle prépare les budgets à venir, tandis que les deux autres s’occupent des données du passé. Ici on part de prévisions. On compare le réel accompli aux chiffres initialement projetés. On analyse les écarts pour en identifier l’origine, puis on réajuste les prévisions suivantes ou l’on adopte des mesures d’amélioration pour les atteindre.

La compta au jour le jour : flux, immobilisation et bilan comptable

Dans la pratique, la comptabilité revient à saisir l’ensemble des dépenses et des entrées d’argent concernant l’entreprise, ainsi que les changements concernant ses immobilisations. Ce qui signifie qu’il faut suivre chaque action d’achat d’une part, de vente d’autre part, et d’investissement par ailleurs. Cette saisie donne ensuite lieu à un rapprochement entre les flux financiers et les flux physiques, et sert de référentiel notamment pour la gestion de trésorerie. Enfin, au terme de l’exercice, la clôture sert à établir la liasse fiscale, composée du bilan fiscal et du bilan comptable.

Un double enjeu : à la fois légal et stratégique

Les obligations légales

La comptabilité générale est une obligation légale pour les entreprises, sauf pour les auto-entrepreneurs qui en sont dispensés. Pour les structures assujetties à TVA (Taxe sur la Valeur Ajoutée), le décompte se fait soit par trimestre, soit par semestre. Le différentiel entre la TVA collectée et la TVA déductible occasionne un crédit ou au contraire une somme due. Pour le calcul de cette taxe comme pour l’imposition, la comptabilité doit être tenue à jour assidûment.

La compta : un parfait outil de gestion pour son activité

Au-delà de l’aspect légal, la comptabilité reste un support précieux pour un usage interne. Reflétant l’ensemble des flux d’une entreprise, elle donne une vision solide de l’évolution de son activité dans le temps. Utile donc au contrôle de gestion, elle va plus loin que le simple rôle d’aide à la décision. Par exemple calculer la rentabilité d’un poste permet d’évaluer la pertinence et la viabilité du business model de sa société. Enfin, l’exactitude des supports comptables fait de la comptabilité un parfait support d’information pour toutes les parties de l’entreprise, chaque secteur d’une entreprise peut s’appuyer sur la comptabilité pour évaluer sa propre activité.

Quel logiciel de comptabilité utiliser ?

S’il est classique de faire appel à un expert comptable pour son activité, cela n’a rien d’obligatoire. On peut s’en charger soi-même. Mais le temps dépensé pour la saisie des données et pour la veille du cadre réglementaire, peut être long. Avec les logiciels de comptabilité en mode SaaS (Software as a Service), on ne se charge plus de la veille : un poids en moins, et on automatise la saisie grâce à la technologie du machine learning.

La comptabilité est un mot qui fait peur. Pourtant, ce n’est pas si terrible. Dans la pratique, cela demande de la régularité et un peu de rigueur. Nécessaire pour répondre au obligations légales de l’entreprise, elle permet aussi de situer ses performances : un outil décisif à tous points de vue.

Yourcegid Finance Y2
120 €

Yourcegid Finance Y2

Améliorez votre performance et maîtrisez les risques
Être contacté par un conseiller
Itool Comptabilité
12 €
5

Itool Comptabilité

Comptabilité et facturation simple, mobile et sécurisée
30 jours gratuits
ProAbono
149 €
5

ProAbono

Gestion d'abonnements pour services en ligne
30 jours gratuits
Commenter cet article

Ajouter un commentaire