Quel type de virtualisation pour optimiser vos ressources informatiques ?

Quel type de virtualisation pour optimiser vos ressources informatiques ?

Quel type de virtualisation pour votre société ? Au regard des nombreux avantages qui en découlent, la question de la virtualisation en entreprise s’avère plus que pertinente.

Cette technique informatique, permettant de créer et d’exécuter une version virtuelle des machines physiques, ainsi que des ressources associées, séduit de plus en plus de professionnels. Au fil des ans, elle est apparue comme un gage de flexibilité, de réduction des coûts et de limitation des contraintes matérielles.

Cependant, de quoi est-il réellement question lorsque nous abordons le sujet de la virtualisation ? Et surtout, ne devrions-nous pas employer ce terme au pluriel et parler de virtualisations, afin d’englober les diverses déclinaisons associées au procédé ?

Pour vous permettre d’y voir plus clair, et d’identifier les solutions correspondant le mieux à vos besoins, nous détaillons et présentons dans cet article les avantages des différents types de virtualisation les plus communément rencontrés.

Mais pour commencer, petit point sur la définition précise et les atouts du concept de virtualisation.

Sommaire

Suggestion de logiciels pour vous

TS2log

TS2log
La véritable alternative à Microsoft TSE et Citrix
Version d'évaluation
Voir ce logiciel

vSphere

vSphere
Solution de virtualisation performante pour Cloud hybride
En savoir plus
Voir ce logiciel

Virtual Apps and Desktops

Virtual Apps and Desktops
Applications et postes virtuels en toute sécurité
En savoir plus
Voir ce logiciel

Définition et principe de la virtualisation

Selon la définition communément rencontrée :

La virtualisation est un mécanisme informatique qui consiste à faire fonctionner plusieurs systèmes, serveurs ou applications, sur un même serveur physique.

En d’autres termes, grâce à la technologie de la virtualisation, plusieurs systèmes, fonctionnant initialement sur des environnements physiques différents, s’exécutent et cohabitent sur une seule et même machine.

Pour ce faire, une représentation virtuelle des ressources et du hardware (partie physique des appareils informatiques) sous-jacent concernés est créée à l’aide d’un logiciel.

Cette virtualisation des systèmes n’est pas sans rappeler les notions de Cloud Computing ou de conteneurisation. Pourtant, il ne s’agit pas de la même chose.

Virtualisation ≠ Cloud Computing

Si le Cloud Computing s’appuie sur la virtualisation, les deux concepts diffèrent :

  • la virtualisation permet de désolidariser les environnements informatiques de leurs machines ;
  • le Cloud Computing consiste à héberger et exploiter des données sur des serveurs distants, par le biais du réseau internet.

type de vitualisation : différence avec cloud computing

© amaze.com

Machines virtuelles ≠ conteneurs

La notion de conteneur est aussi souvent rapprochée de celle de virtualisation. Mais une fois de plus, des différences existent.

Comme son nom l’indique, une machine virtuelle est l’imitation virtuelle d’un appareil informatique créée, dans le cadre de la virtualisation, à l’aide d’un logiciel hyperviseur, et doté d’un système d’exploitation (ou OS) complet.

La virtualisation par conteneurisation, quant à elle, consiste à cloisonner directement au niveau du système d’exploitation. Ainsi, chaque conteneur exécute son environnement, mais partage le même OS hôte. C’est pour cette raison que les conteneurs servent généralement à la virtualisation d’un programme, et non d’un serveur dans son intégralité.

type de virtualisation : conteneurs versus machines virtuelles

© lightcode.fr

Les avantages de la virtualisation

Faire le choix de la virtualisation pour son entreprise, c’est bénéficier de plusieurs avantages :

  • des coûts réduits : la virtualisation implique moins de serveurs, moins de place pour les héberger, moins de coûts de maintenance, etc. ;
  • des économies d’énergie : moins de serveurs = moins de pollution numérique ;
  • une meilleure exploitation des ressources : jusqu’alors souvent sous-exploitées, les capacités matérielles de l’entreprise sont fortement optimisées grâce à la virtualisation ;
  • une continuité d’activité : en cas de sinistre ou d’interruption, la virtualisation facilite le plan de reprise d’activité (ou PRA).
  • une meilleure agilité : en permettant de s’affranchir des contraintes matérielles, la virtualisation encourage la flexibilité des processus et la mobilité des équipes.

Convaincu·e par les bénéfices de l’introduction et du déploiement de la virtualisation au sein de votre entreprise ?

Sachez qu’il existe différents niveaux et types de virtualisation, visant à répondre à des besoins divers. Voyons ceci plus en détail.

Les différents types de virtualisation

Virtualisation des serveurs

La virtualisation des serveurs est le premier type de virtualisation rencontré. Cette technique implique le regroupement de plusieurs serveurs virtuels en un seul serveur physique, et ce à l’aide d’une couche logicielle. Chacune des machines virtuelles créée agit ensuite de manière autonome et isolée, exécutant ses propres système d’exploitation et applications.

Ce type de virtualisation repose sur le rôle de l’hyperviseur, c’est-à-dire du logiciel, installé sur le serveur physique, qui assure la gestion des différents OS invités.

Il existe deux types d’hyperviseurs :

  • l’hyperviseur de type 1, ou bare metal : il opère directement sur le hardware, et devient de ce fait l’outil de contrôle du système d’exploitation. Les OS invités s’exécutent alors par dessus cet hyperviseur.

Exemples d’hyperviseurs de type 1 : vSphere de l’éditeur VMware, ou KVM, l’hyperviseur libre pour Linux.

  • l’hyperviseur de type 2, ou host metal : il fonctionne à l’intérieur d’un autre système d’exploitation.

Exemple d’hyperviseur de type 2 : VirtualBox, logiciel Open Source édité par Oracle.

type de virtualisation : différents types d'hyperviseurs

@ blog.nexthope

💡 Pourquoi opter pour la virtualisation des serveurs ?

  • Le nombre de serveurs utilisés diminue, avantage opportun quand on considère qu’au sein d’un environnement non virtualisé, chaque serveur n’est exploité qu’à 15-20 % de ses capacités ;
  • Les ressources sont optimisées, et les coûts de matériel et maintenance réduits.

Virtualisation des systèmes d’exploitation

La virtualisation des systèmes d’exploitation, utilisée parfois à l’échelle domestique, permet d’exécuter sur une seule et même machine plusieurs OS différents, n’interférant pas les uns avec les autres.

Exemple : naviguer sur un même ordinateur d’un environnement Windows à un environnement Linux.

Ces systèmes d’exploitation virtualisés résultent également de l’utilisation d’un hyperviseur, à l’instar d’Hyper-V (également connu sous le nom de Windows Server Virtualisation).

💡 Pourquoi opter pour la virtualisation des systèmes d’exploitation ?

  • Il vous est possible, grâce à ce type de virtualisation, de lancer une application nécessitant un autre système d’exploitation que le vôtre, ou une version antérieure de celui-ci ;
  • La virtualisation des systèmes d’exploitation s’avère, en outre, un bon moyen de vous familiariser avec un OS que vous ne maîtrisez pas.

Virtualisation des postes de travail

Un des types de virtualisation fortement apprécié et usité en entreprise est la virtualisation des postes de travail, ou virtualisation desktop. Cette technique reproduit l’environnement d’un ordinateur, afin d’offrir la possibilité aux professionnels d’accéder à leurs fichiers et applications personnelles depuis n’importe quel poste.

Ce type de virtualisation est rendu possible grâce à l’hébergement du poste de travail virtuel sur un serveur VDI (Virtual Desktop Infrastructure) qui exécute l’ensemble de l’environnement du poste (système d’exploitation et applications). TS2log (alternative à Citrix) et Virtuel Bureau constituent de bons exemples de solutions proposant cet accès sécurisé à des desktops virtualisés.

💡 Pourquoi opter pour la virtualisation des postes de travail ?

  • La virtualisation des postes de travail offre beaucoup de flexibilité, notamment en situation de mobilité ;
  • Cette technique facilite le transfert des environnements de travail aux équipes de sous-traitants ;
  • Les coûts liés à la multiplication des postes de travail, particulièrement ceux associés aux licences de logiciels, sont réduits.

Exemple de console d’administration d’un desktop virtualisé :

type de virtualisation : visuel TS2log

Virtualisation des applications

Il y a virtualisation des applications lorsque celles-ci s’exécutent sous une forme encapsulée (regroupement des données brutes) et indépendante du système d’exploitation sous-jacent.

Exemple : utiliser une application Linux sur un environnement Windows.

💡 Pourquoi opter pour la virtualisation des applications ?

  • Grâce à ce type de virtualisation, recourez à vos applications favorites, quel que soit le système d’exploitation, l’appareil utilisé ou la dernière mise à jour ;
  • Faites tourner plusieurs versions d’une même application sur un seul OS ;
  • Comme pour la virtualisation des postes de travail, la virtualisation des applications encourage la flexibilité, l’agilité, et facilite la mobilité.

Virtualisation du stockage

La virtualisation du stockage (appelée également Software Defined Storage, ou SAN virtuel) consiste à regrouper l’ensemble des périphériques de stockage physiques en un seul périphérique simulé. Ce dernier est géré depuis une console centrale.

Une solution telle que SANsymphony, développée par DataCore, pionnier dans le domaine, permet de placer une couche de virtualisation évolutive sur les infrastructures de stockage. De la sorte, la cohabitation entre différents matériaux de stockage est possible.

💡 Pourquoi opter pour la virtualisation des systèmes du stockage ?

  • Regroupez facilement vos différentes technologies de stockage, quelles que soient les provenances (différents réseaux, différents data centers, etc.) ;
  • Réajustez vos capacités de stockage en fonction de vos besoins et de l’évolution structurelle de votre entreprise, sans que cela nécessite trop d’investissement.

Virtualisation de réseau

On entend par virtualisation de réseau, ou virtualisation network, le processus reproduisant un réseau physique et ses différents composants (ports, routeurs, etc.). Cette technique permet, grâce à des logiciels de virtualisation, de mettre à disposition des réseaux isolés, cloisonnés, mais fonctionnant sur une infrastructure mutualisée.

💡 Pourquoi opter pour la virtualisation de réseau ?

Ce type de virtualisation est particulièrement avantageux pour déployer des infrastructures informatiques rapidement, et les reproduire.

À chaque entreprise son type de virtualisation

La virtualisation offre des solutions éprouvées pour améliorer la productivité informatique, saisir les opportunités et protéger vos ressources et données. En parallèle, nous avons vu qu’elle permet de réduire les coûts, et donc d’augmenter à terme la valeur de votre entreprise.

Mais ne nous méprenons pas, les besoins en virtualisation d’une société sont relatifs à sa taille, à sa structure et à la nature de son activité : une petite entreprise verra plutôt l’utilité et les bénéfices de la virtualisation desktop ou de logiciels, tandis que la virtualisation de serveurs s’imposera plus au sein des grands comptes.

Et vous, avez-vous déjà eu recours à la technique de la virtualisation ? Si oui, quelle solution logicielle avez-vous utilisée ? N’hésitez pas à nous faire votre retour d’expérience en commentaire.

Suggestion de logiciels pour vous

vSAN

vSAN
Réseau de stockage virtuel d'infrastructures hyperconvergées
En savoir plus
Voir ce logiciel

Red Hat Virtualization

Red Hat Virtualization
Plateforme de virtualisation Open Source
En savoir plus
Voir ce logiciel

AppliDis Fusion

AppliDis Fusion
Virtualisation des applications et des postes de travail
En savoir plus
Voir ce logiciel
Commenter cet article

Ajouter un commentaire