Comment mettre en place une veille technologique efficace en 6 étapes

par Samantha Mur le 05/01/2021

La veille technologique est une activité essentielle pour toutes les entreprises cherchant à développer ou à conserver leur avantage concurrentiel.

Alors que les métiers évoluent à vive allure et que de nombreux marchés sont soumis à une forte concurrence, il est indispensable de surveiller les innovations, les connaissances et les savoir-faire émergents de son secteur d’activité.

Ainsi, bien menée, la veille est un outil puissant pour toute entreprise souhaitant renforcer sa capacité d’innovation. Elle permet de récolter les informations pertinentes au moment opportun, et de donner une vision d’ensemble sur les évolutions d’un marché, ses acteurs et ses technologies, afin d’éclairer les prises de décision. Son rôle est donc éminemment stratégique.

Quels sont exactement les enjeux de la veille technologique ? Et comment être efficace dans la mise en place de cette démarche, que vous soyez partie prenante d’une cellule dédiée à la veille ou d’un service stratégique de l’entreprise ? Explorons ces sujets sans plus attendre !

Qu’est-ce que la veille technologique ?

Définition de la veille technologique

La veille technologique est une activité qui s’inscrit dans le champ de l’intelligence économique. Parmi les différents types de veilles (veille commerciale, veille concurrentielle, etc.), elle est une composante phare de la veille stratégique.

La veille technologique a pour objet de rassembler et d’accumuler des connaissances pour dresser une carte du marché dans lequel une entreprise évolue. Elle aide à :

  • déterminer quelles sont les autres entreprises et ce qu’elles font,
  • repérer les acteurs (concurrents, partenaires, investisseurs, fournisseurs, etc.) et leurs interactions,
  • les situer géographiquement,
  • vérifier l’évolution des normes,
  • détecter les grandes tendances, voire anticiper les prochaines avancées, etc.

Elle se concentre notamment sur les évolutions et les innovations de nature technique ou scientifique. Elle peut concerner :

  • des produits ou des services,
  • des procédés de fabrication,
  • des savoir-faire,
  • des matériaux,
  • des systèmes d’information, etc.

Les secteurs d’activité concernés sont généralement ceux des technologies de pointe, où les besoins d’innover sont constants, mais également ceux marqués par une forte activité de recherche (comme les domaines aéronautique, pharmaceutique, électronique, etc.).

Comme tout procédé classique de veille, elle s’articule autour de plusieurs phases essentielles, que nous détaillons plus bas :

  • la recherche d’informations,
  • la collecte de données,
  • le tri et l’organisation des informations,
  • l’étude et l’analyse de celles-ci,
  • la diffusion des résultats.

Veille technologique : exemples de focus de la veille

Selon les objectifs fixés, une démarche de veille intégrée à une stratégie d’innovation s’articule autour de différents aspects. Elle peut mettre l’accent sur :

  • la concurrence : la veille concurrentielle vise à observer les travaux réalisés par les entreprises concurrentes, les produits qu’elles commercialisent, les savoir-faire et les procédés industriels concurrents, etc. Elle analyse :
    • leurs avantages compétitifs,
    • les stratégies qu’ils déploient,
    • les bases de brevets, source d’information précieuse pour connaître les avancées concrètes dans un secteur.
  • la recherche : la veille en R&D permet d’apprécier les technologies en phase de développement et le stade de leur évolution. Elle se concentre sur des sources d’information de nature technique et scientifique, comme :
    • les thèses,
    • les travaux de recherche en cours,
    • les études et publications scientifiques,
    • les données issues de centres de recherche et d’universités.
  • les marchés : la veille des marchés permet de représenter l’ensemble des marchés ciblés afin d’en obtenir la synthèse. Elle permet de suivre :
    • ses évolutions,
    • ses tendances,
    • les changements qui s’annoncent dans un secteur technologique.
  • la normalisation : la veille réglementaire donne des informations sur les normes en vigueur ou en cours de création. Des entreprises d’un secteur peuvent se regrouper en commissions de normalisation, ce qui permet à la fois de suivre ce qui va être mis en place et de participer aux travaux qui visent à établir les normes futures.

Les enjeux de la veille technologique

Pourquoi faire de la veille technologique ? Cette activité revêt une importance fondamentale pour surveiller les événements susceptibles d’influencer fortement un métier ou un secteur d’activité.

Ses enjeux concernent non seulement les cellules de veille ou technology watch, mais également les business units, les services stratégiques de l’entreprise (marketing, commercial, financier, etc.), qui ont grand intérêt à exploiter les informations clés concernant les évolutions technologiques.

En voici les principaux :

  • disposer d’un socle d’informations stratégiques fiables et mises à jour en permanence ;
  • mieux connaître son environnement, les innovations de son secteur et les relations qui le composent ;
  • observer l’existant et s’en inspirer pour innover à son tour : en identifiant un manque ou un besoin, en trouvant des solutions et des possibilités d’amélioration ;
  • identifier les signaux faibles, avant les concurrents, afin de réagir de façon rapide et agile ;
  • faire des choix plus éclairés et, selon les cas, (re)définir ses orientations stratégiques.

Comment faire de la veille technologique ? 6 étapes à suivre

Étape n° 1 : identifier les objectifs de la veille

Que vous mettiez en place votre veille ou que vous la réorganisiez, commencez par déterminer vos objectifs en recensant vos besoins dans un document :

  • Pour quelles raisons effectuez-vous une veille ?
  • Quelles informations clés comptez-vous en retirer :
    • ciblées sur un secteur, un métier ?
    • en matière de technologies ?
    • sur des modèles de prix ?
    • sur le plan géographique ?
    • par rapport à des brevets ?

Choisissez votre approche en gardant à l’esprit que ces informations viennent alimenter vos différentes stratégies marketing, commerciale, d’innovation, etc.

Mettez donc au clair vos objectifs de veille et alignez-les avec vos objectifs stratégiques prioritaires.

Étape n° 2 : formaliser les activités de veille

Une fois vos besoins alignés avec la stratégie de l’entreprise, vous devez formaliser vos activités de veille, et notamment répartir les missions qui en découlent.

  1. Commencez par déterminer si cette fonction de veille sera le rôle de « veilleurs » à plein temps associés à un service de l’entreprise (marketing, R&D, etc.), ou celui de spécialistes externes à l’entreprise, comme des centres de veille spécialisés. Vous pouvez également avoir recours à une option hybride.

  2. Si vous décidez de conduire un projet de veille dans votre entreprise, mobilisez des ressources dédiées. L’équipe que vous formez peut se composer de chercheurs, de spécialistes de l’information et de documentalistes, mais aussi de rédacteurs scientifiques et d’analystes, qui auront à charge de détecter, de fournir, d’analyser puis de divulguer l’information.

  3. Mettez en place les moyens d’accès à l’information. Amorcez également la réflexion sur votre gestion des connaissances.

  4. Pensez collaboratif ! La veille gagnera en pertinence si elle est menée de manière transverse et collective et si ses résultats sont partagés efficacement au sein des différents services, y compris le management.

Étape n° 3 : lister les sources d’informations pertinentes

Déterminez ensuite où mettre le projecteur de vos recherches, sur la base de vos objectifs : quels domaines, quelles entreprises clés, quels secteurs, quelles technologies, etc.

Recensez toutes les sources d’information pertinentes à cette fin :

  • des revues spécialisées,
  • des articles et des blogs d’experts,
  • des publications scientifiques,
  • des bases de brevet, comme celle de l’Office européen des brevets (Espacenet),
  • des conférences et des salons professionnels, etc.

Face à la masse d’informations à traiter, veillez à baliser clairement votre périmètre de recherche, afin d’en extraire les plus pertinentes et « actionnables » pour votre organisation.

Pour y parvenir de façon la plus optimisée possible, vous pouvez établir un plan de collecte des informations, qui guidera vos recherches. Identifiez des requêtes en partant des plus larges aux plus précises, afin de les affiner progressivement, en suivant une logique d’entonnoir.

Étape n° 4 : utiliser des outils de veille technologique efficaces

Une veille technologique peut s’appuyer en majeure partie sur les outils du web. Quelques bonnes pratiques et configurations intéressantes permettent de gagner en efficacité :

  • les commandes de recherche avancée sur les moteurs de recherche, pour affiner ses recherches selon différents paramètres (format de document, dates, mots-clés indispensables dans le titre, etc.) ;
  • les systèmes d’alerte dans Google pour suivre des mots-clés précis, afin d’être informé de la parution de nouveau contenu en rapport avec ces requêtes ;
  • la souscription à des newsletters pour obtenir un condensé des informations essentielles sur les sites et blogs intéressants ;
  • les lecteurs de flux RSS pour effectuer un suivi des nouveaux articles publiés à partir d’une même source ;
  • les abonnements sur les réseaux sociaux, pour être notifié de l’activité des personnalités et comptes suivis.

Des outils spécifiques, comme des logiciels de veille marketing, peuvent vous assister dans la collecte d’informations, mais aussi dans l’analyse et l’exploitation des données.

Étape n° 5 : analyser les informations

Pour que la veille technologique soit pertinente, il ne suffit pas de récolter des informations en grand nombre, fiables et à jour. Il est essentiel de les trier, de les stocker et de les organiser afin de les rendre exploitables pour votre service et/ou votre entreprise.

L’analyse des informations et leur synthèse permettront de leur donner un sens afin qu’elles soient utilisées à des fins stratégiques :

  • quelle est la dynamique de tel ou tel secteur ?
  • quelles sont les menaces existant sur un marché ?
  • quelles sont les opportunités ?
  • le moment est-il opportun pour lancer de nouvelles activités de R&D ?
  • quels investissements peuvent être réalisés ? etc.

Des outils vous aident à gagner en efficacité dans vos analyses et à tirer rapidement profit d’informations stratégiques, comme la plateforme d’intelligence économique Geotrend. Explorant le web à partir de mots-clés fournis, elle compile et valorise les données essentielles de votre marché et de son écosystème. La solution offre un résultat prêt à l’emploi, sous forme d’une cartographie synthétique, pour accélérer les prises de décision.

Étape n° 6 : partager les résultats dans l’entreprise

Une fois les analyses réalisées, il est important d’en divulguer les résultats au sein de l’entreprise. Demandez-vous quelles sont les meilleures modalités et la fréquence la plus adaptée pour cette diffusion, selon les besoins spécifiques de votre organisation.

Les informations de veille peuvent être transmises :

  • lors de réunions informatives avec les services concernés,
  • lors de présentations en présence des décideurs,
  • à l’aide d’une synthèse rédigée et communiquée à l’ensemble de l’entreprise,
  • via une revue de presse partagée, etc.

Il peut aussi être judicieux d’envisager l’utilisation d’un logiciel dédié pour gérer la collecte, le stockage et la transmission des informations. Pour cela, tournez-vous vers des outils collaboratifs, tels que :

Activez votre potentiel d’innovation grâce à la veille !

Que le projet de veille technologique soit porté en interne ou confié à des spécialistes externes, sa mise en place nécessite de la méthodologie, de la rigueur et de l’organisation.

Le choix d’outils performants sera, quant à lui, déterminant pour collecter les informations les plus pertinentes, les conserver et les diffuser de façon optimisée.

Il ne vous reste plus qu’à passer en mode veille pour libérer vos capacités d’innovation !