RGPD : une aubaine pour la souveraineté numérique et la croissance des entreprises

Le RGPD : une aubaine pour la souveraineté numérique et la croissance des entreprises

souveraineté numérique et rgpd, une aubaine pour les entreprises

Face aux problématiques croissantes suscitées par la perte de souveraineté numérique européenne, la mise en place du RGPD est apparue comme une mesure forte et historique.

Mais la protection des données n’est pas le seul avantage occasionné par ce règlement. En effet, les entreprises ont un avantage business à y gagner.

Stéphane Couleaud, CEO chez Webmecanik, décortique le sujet avec nous.

Comment le RGPD a permis de faire bouger les lignes en matière de souveraineté numérique européenne ?

Stéphane Couleaud :

Il faut le voir comme une révolution utile. Une révolution, car pour la première fois depuis le début de la révolution numérique de 1993 -date d’arrivée du premier browser web grand public Netscape- le législateur intervient dans l’univers numérique pour fixer les règles du jeu concernant les données personnelles.

Une révolution utile aussi, car déjà en 2009, l’ENISA pointait que 95 % du trafic email était du spam. Outre le fait que cela coûte très cher en serveur et en électricité, l’information utile est alors noyée. Les FAI (Fournisseurs d’accès à internet) ont réalisé des filtres très efficaces. Maintenant, celui qui envoie de l’information non segmentée et non pertinente en masse va voir sa note de réputation baisser et sa délivrabilité devenir inexistante. Cela signifie une mort programmée dans notre économie, alors que «les champions européens du numérique sont en moyenne trois fois plus profitables et grossissent 4,5 fois plus vite que les autres entreprises» (ACSEL 2019).

Pour vous le RGPD peut donc présenter une opportunité pour les entreprises ?

Stéphane Couleaud :

Désormais seuls les acteurs vertueux qui qualifient en permanence leurs contacts au travers de leurs contenus sont certains de pouvoir délivrer l’information. Leur business va prospérer au détriment de leurs concurrents qui louent des fichiers, ou s’échinent à prospecter toute leur base de données avec le même message.

Par ailleurs, la conformité et la sécurité des données sont des enjeux majeurs pour les entreprises. Les données sont le pétrole du XXIe siècle et le premier actif immatériel des entreprises, bien avant leurs machines ou leurs brevets. Apple s’en est même emparé avec la promesse suivante : «ce qui se passe dans votre iPhone reste dans votre iPhone». Un opportunisme qui s’oppose aux scandales de Facebook qui fournit ses données à Cambridge Analytica pour influencer des votes, ou d’Amazon avec les écoutes sauvages d’Alexia. Aujourd’hui Apple est la première capitalisation au monde. Il n’y a pas de hasard.

Quels conseils adresseriez-vous aux entreprises pour obtenir une meilleure maîtrise de leurs données ?

Stéphane Couleaud :

Je préconise la mise en place, via une solution d’automatisation marketing, d’une première campagne de demande de consentement. Ensuite, grâce à un centre de préférences, les contacts décident explicitement de s’abonner aux canaux d’informations avec la fréquence qui leur convient. Par ailleurs des scénarios vont automatiser les demandes d’optin et la vérification des emails en double optin. En B2B, je conseille même de demander le consentement optin avec vérification de l’email tous les 18 mois. LinkedIn considère en effet qu’un salarié change de poste tous les 1 an ½. C’est donc le bon moyen de mettre à jour son CRM automatiquement, et de déceler des opportunités d’affaires lorsqu’un contact connu aborde un nouveau poste dans une entreprise nouvelle.

Ensuite, il s’agit d’automatiser les processus de relation client tout au long du parcours. Ils généreront des masses d’informations utiles pour optimiser la satisfaction et transformer les contacts en ambassadeurs. Ses mécanismes de collectes et d’envoi d’information automatique sont un actif qui différencie durablement l’entreprise de ses concurrents directs.

Comme on est bientôt Noël, j’offre aux lecteurs d’Appvizer notre recette chez Webmecanik :

  1. Comprenez votre entonnoir de vente. Une fois que vous aurez compris le concept, il sera plus aisé d'imaginer vos processus automatisés.
  2. Organisez votre site web. Assurez-vous que les pages soient segmentantes, obligez-vous à ce qu'elles mènent toutes à un appel à l'action (CTA ou Call To Action) clair.
  3. Commencez par automatiser toutes les actions simples. C'est là que l'automatisation aide le plus, des séquences simples avec peu d'e-mails (ou SMS) qui transmettent le bon message au bon moment 24/7.
  4. Pensez à choisir un CRM qui soit dédié à la relation client et directement utilisable par vos commerciaux. Et synchronisez-le selon vos processus business.
  5. Choisissez le bon outil, celui qui vous convient. À vous de voir ce qui vous importe c'est la réputation, la facilité d'usage, le prix, le RGPD, et/ou la proximité de l'accompagnement.
  6. Nourrissez-vous des idées des scénarios utilisés par les autres. Inspirez-vous, copiez, adaptez, et ensuite inventez les vôtres !

Quel est votre point de vue d'expert sur la question de la souveraineté numérique en général ?

Stéphane Couleaud :

Rédigé et remis en 2016, le rapport Berger-Lellouche est un inventaire très complet des différentes techniques d'abus de droits états-uniens, pour imposer leur loi au reste du monde. Avec une réalité très directe documentée par l’ANSSI : utiliser des logiciels américains pour traiter l'ensemble de ses données clients est un risque à plusieurs détentes :

  • risque de pillage au profit d'entreprises de nos alliés dans le cadre d'appels d'offres,
  • risque de contrôle direct de ses activités et mise sous pression indirecte,
  • risque juridique et financier d'application de la loi US en direct. Ce qui est vrai des USA, l’est tout autant des autres puissances, sous une forme ou une autre.

Plus prosaïquement, la simple dépendance de votre business à une plateforme extérieure est un risque. Par exemple le changement des règles de l'algorithme en votre défaveur et la disparition de votre marge à son profit sont des risques mortels que les restaurants et hôtels ont expérimenté dès 2010 avec Booking et Trip Advisor. Sortir de votre dépendance aux publicités des réseaux sociaux et aux notes des plateformes est une urgence sanitaire pour votre entreprise. Le moyen ? Créez des contenus pertinents, une relation client idéale, fluidifiez la relation à tous les points de contact, soyez vrai. Des marques B2C comme Asphalte ou Momen font le choix d’un slow marketing qui va à contre-courant et respecte le consommateur avec des processus automatisés incroyablement bien conçus.
 

Stéphane Couleaud est le fondateur et président de Webmecanik Automation, logiciel qui propose une alternative aux solutions de marketing automation propriétaires et coûteuses.

Stéphane est également le co-auteur du livre référence Marketing Automation, Faîtes plaisir à vos clients, accélérez votre business, et le producteur de la Web-Série Ne ratez plus vos scénarios de Marketing Automation, disponible sur YouTube.

Article promotionnel. Les contributeurs experts sont des auteurs indépendants de la rédaction d’Appvizer. Leurs propos et positions leur sont personnels.

 

Commenter cet article

Ajouter un commentaire