L’informatique quantique va-t-elle révolutionner nos performances professionnelles ?

Par Jennifer Montérémal
Le 12/05/2022
news backgroundActualité

L’informatique quantique… derrière ce nom barbare qui peut en effrayer plus d’un, se cachent des réalités bien plus concrètes pour les professionnels. C’est pourquoi les géants du numérique, à l’image de Google, d’IBM ou encore d’Amazon, investissent de plus en plus dans cette technologie.

D’ailleurs, le projet ambitieux de Microsoft, destiné à lutter contre le réchauffement climatique, a remis le sujet au goût du jour.

Mais de quoi parle-t-on exactement ? Et en quoi ces innovations soutiendront-elles les entreprises ?

Les super-pouvoirs des super-calculateurs

Après l’IA ou encore la blockchain, l’informatique quantique serait-elle la nouvelle révolution qui va transformer nos quotidiens ?

Pour mieux comprendre, rappelons en quelques mots de quoi il s’agit : l’informatique quantique, et plus précisément l’ordinateur quantique, se définit comme une technologie capable d’effectuer des calculs au niveau atomique, c’est-à-dire au niveau de l’infiniment petit. Ici, les informations ne sont pas stockées de manière binaire (bits). L’ordinateur fonctionne avec des qubits, 0 et 1 peuvent être utilisés simultanément.

Il en résulte une puissance de calcul impressionnante, qui permettra des opérations alors impossibles à réaliser aujourd’hui.

En somme, l’informatique quantique mène vers de nouveaux horizons, et les GAFAM, la Chine et même l’Europe commencent à entrer dans la course.

Des projets ambitieux en cours de développement

Pour l’instant, l’informatique quantique en est à ses balbutiements.

Mais de nombreux projets ont été amorcés, à l’image de celui de Microsoft qui a retenu l’attention des médias. Son objectif ? Utiliser cette technologie pour développer un catalyseur destiné à capturer les gaz à effet de serre contenus dans l’atmosphère, afin de lutter contre le réchauffement climatique.

Face aux enjeux environnementaux pesant de plus en plus sur les organisations, Total s’intéresse également au sujet. La firme s’est en effet associée à la startup britannique Cambridge Quantum Computing pour développer, elle aussi, des algorithmes quantiques en vue de fabriquer des matériaux destinés au captage du CO2.

Autre exemple : l’opérateur britannique BT Group et l’entreprise japonaise Toshiba ont mis en place, début du mois d’avril, un essai pour un dispositif de communication basé sur l’informatique quantique. À la clé, des échanges plus sécurisés et une meilleure protection des données.

De nouvelles possibilités pour les entreprises ?

Et les exemples de projets en cours sont encore nombreux.

Mais ce qu’il faut retenir, c’est que partout où existent des calculs complexes à réaliser, l’informatique quantique décuplera les performances. Une aubaine pour les entreprises de tout secteur, qui auront l’opportunité d’optimiser sans commune mesure la gestion de leur logistique, de leur production ou encore de leurs finances.

Une belle promesse qui fait rêver les professionnels. Mais pour rappel, nous avons affaire à une technologie encore en développement, et certains scientifiques émettent des réserves quant à la possibilité d’élaborer de tels ordinateurs.

En attendant, restons patients et à l’affût des dernières innovations qui dessinent le futur de nos entreprises !

La transparence est une valeur essentielle pour Appvizer. En tant que média, nous avons pour objectif d'offrir à nos lecteurs des contenus utiles et de qualité tout en permettant à Appvizer de vivre de ces contenus. C'est pourquoi, nous vous invitons à découvrir notre système de rémunération.   En savoir plus
Actualité backgroundActualité
Actualité
11 mai 2022
Les neurosciences : l’avenir du recrutement
Saviez-vous qu'un recrutement sur deux se solde par un échec au bout de 18 mois ? Sachant qu’une erreur de recrutement coûte en moyenne 90 000 euros, on est prêt à tout pour l’éviter. Les neurosciences viennent à la rescousse !
Actualité backgroundActualité
Actualité
5 mai 2022
DAF et transformation numérique : leader ou suiveur ?
Malgré les avantages de la digitalisation du département financier, 33 % des interrogés n’ont pas formalisé de plan de digitalisation, et seuls 2 % des projets de la DAF portent sur la robotisation ou l’intelligence artificielle. On décrypte.