Sommet Acumatica 2017 : nouveautés de l'ERP en mode SaaS et chiffres clés

Sommet Acumatica 2017

La « croissance » et l’« accélération » étaient les principaux thèmes du Sommet Acumatica 2017, organisé dans la banlieue chic de La Jolla à San Diego (Californie), et qui a regroupé près de 800 invités. Acumatica édite un ERP (Enterprise Resource Planning) en mode SaaS qui suit la tendance du Cloud et qui permet aux petites et moyennes entreprises d’accélérer la croissance de leurs activités. Acumatica offre également une suite d’applications en ligne de gestion des activités intégrées, notamment dans les domaines des finances, de la distribution, de la gestion de la relation client (customer relationship management – CRM) et la comptabilité. Ces applications sont intégrées à la plateforme logicielle flexible Acumatica xRP, qui est mise à disposition d’autres éditeurs de logiciels indépendants ayant besoin de moderniser leurs systèmes ou de développer leurs solutions propriétaires et leurs logiciels industriels.

Sommaire

Contenus suggérés pour vous

Modèle d'appel d'offre
Produit officiel TEC - Technology Evaluation Center
Modèle d'appel d'offre
Produit officiel TEC - Technology Evaluation Center
Modèle d'appel d'offre
Produit officiel TEC - Technology Evaluation Center
Modèle d'appel d'offre pour un ERP pour entreprise industrielle Modèle d'appel d'offre pour un CRM (toutes entreprises) Modèle d'appel d'offre pour un logiciel de gestion financière (toutes entreprises)

Acumatica bénéficie d'une croissance stable

Bien qu’Acumatica ait été fondée en 2008, son premier sommet n’a été organisé qu’en 2012, et n’avait rassemblé qu’une poignée de partenaires. Acumatica travaille avec près de 170 collaborateurs et plus de 3000 clients. Lors de sa présentation de la situation de l’entreprise, Jon Roskill, PDG d’Acumatica depuis 2014, a indiqué que les clients représentaient près de 23 % des participants cette année, le reste des invités étant constitué de partenaires (52 %), de membres de la presse et des médias et d’employés d’Acumatica. Les industries des services, de la grande distribution, de la manufacture et de la vente de détail et du e-commerce (à proportions égales) étaient représentées, mais les « autres secteurs » (gouvernement, associations à but non lucratif) comptaient pour plus de 30 % des présents.

En ce qui concerne Acumatica et son écosystème, l'éditeur possède désormais un nouveau bureau au Myanmar afin de pouvoir asseoir sa présence en Asie du Sud-Est. Moscou continue d’être le centre de recherche et développement (R&D) avec près de 100 employés, et un laboratoire comptant quelque 10 collaborateurs est installé à Montréal. Le siège de l’État de Washington a récemment été transféré de Kirkland à Bellevue afin de pouvoir héberger les nouveaux salariés. Le chiffre d’affaires d’Acumatica aurait augmenté de 83 % en 2016 (contre une hausse de 100 % en 2015), une croissance impressionnante et plus importante que celle de ses principaux concurrents.

L’éditeur de logiciels continue de vendre 100 % de ses produits via des intermédiaires (pas de vente directe et absence des coûts élevés associés) et, en 2016, a recruté 30 nouveaux revendeurs à valeur ajoutée, portant leur nombre à 250. Acumatica ne s’est pas fixé d’objectif quantitatif, mais est devenue plus sélective dans le recrutement de ses partenaires. Plus récemment, certains revendeurs à valeur ajoutée de Sage, qui n’étaient pas à l’aise avec la transition de Sage vers le modèle d'abonnements et l’abandon des licences logicielles permanentes (bien que l'ERP de Sage soit installé en local et non dans un Cloud), se sont tournés vers Acumatica. Ils avaient en effet le sentiment de perdre le contrôle de leurs clients (qui paieront désormais leur abonnement directement à Sage).

En ce qui concerne les éditeurs de logiciels indépendants partenaires, leur nombre atteint désormais une centaine. Plus de 20 d’entre eux utilisent la plateforme xRP pour développer leurs propres solutions verticales add-on (cf. schéma 1). Les autres n’ont pas nécessairement recours à la plateforme, mais utilisent les interfaces de programmation REST de la plateforme pour faciliter l’intégration de leurs outils.

écosystèmes des fournisseurs de logiciels indépendants partenaires d’Acumatica

Schéma 1 : écosystèmes des éditeurs de logiciels indépendants partenaires d’Acumatica

L'actualité des partenaires OEM

Acumatica a également connu une expansion géographique continue grâce à des accords de partenariat avec Censof en Malaisie, Lexware en Allemagne, MYOB en Australie, Visma en Norvège et ACCEO au Canada. Ces éditeurs de logiciels régionaux, leader de leur domaine, ont choisi de fonder leur croissance et leurs plans futurs sur les opportunités présentées par les ERP de manière générale, et la plateforme xRP d’Acumatica en particulier. Les accords de redevance qu’Acumatica a mis en place représentent un flux de revenus prévisibles et significatifs (un paiement annuel minimum, plus des redevances sur la base des performances du fabricant de l’équipement d’origine [OEM]). En outre, si la marque Acumatica est relativement peu connue en Europe et en Australie/Nouvelle-Zélande, ces marchés utilisent toujours (sans le savoir) des produits conçus par Acumatica.

Visma vend Visma.NET dans les pays du Nord depuis 2013, et a récemment étendu son offre de logiciels ERP en ligne à la région de la mer Baltique. Un nouveau module « Logistics » pour Visma.NET a été développé par Acumatica Distribution afin de répondre aux besoins des grands distributeurs de la région. MYOB suit un chemin similaire en Australie et en Nouvelle-Zélande depuis 2014. Au Canada (en particulier au Québec), ACCEO Solutions, avec des milliers de clients historiques évoluant sur une plateforme Delphi obsolète, a récemment développé un logiciel d’ERP ACCEO sur la plateforme xRP, afin de servir des clients tels que des enseignes de bricolage, gouvernements, etc. Deux clients sont déjà en cours d’adoption du logiciel d’ERP sur le cloud, et beaucoup d’autres suivront rapidement.

Lexware, parfois surnommé le « QuickBooks allemand », est également occupé à moderniser son logiciel de comptabilité offert aux petites et moyennes entreprises (PME) des pays germanophones, et Censof travaille de la même manière pour les entreprises et agences associées au gouvernement malaisien. Plus récemment, Acumatica a annoncé que le principal éditeur d'ERP roumain, Senior Software, était devenu un partenaire stratégique d’Acumatica. Senior Software possède désormais le droit exclusif de développer, personnaliser et adapter l’ERP d’Acumatica pour des marchés et industries spécifiques en Roumanie, et a la possibilité de le proposer à ses clients en Pologne, Bulgarie, Moldavie, Hongrie, Ukraine et Serbie. Senior Software offre des solutions informatiques à des clients régionaux dans des secteurs tels que la distribution, la manufacture, la vente au détail, les services, les biens de consommation, les matériaux de construction, les produits pharmaceutiques, l’équipement et bien plus encore.

Collaboration avec Amazon et Microsoft

Depuis longtemps, l’infrastructure cloud favorite d’Acumatica est Amazon Web Services (AWS). Le schéma 2 ci-dessous décrit l’évolution de leur partenariat au cours des ans. Acumatica est devenu un partenaire de choix d’AWS en 2015, et a annoncé son choix d’avoir recours aux services de bases de données relationnelles (BDR) sur le cloud d’Amazon Aurora pour ses programmes de MySQL, une alternative (moins onéreuse) à Microsoft SQL Server. Il y a peu, le fournisseur a annoncé la disponibilité d’Acumatica Cloud ERP sur AWS Marketplace. Le logiciel ERP en ligne d’Acumatica est compatible avec le logiciel service (SaaS). Les abonnements à AWS Marketplace permettent aux clients d’obtenir un nombre limité (10 utilisateurs maximum) de logiciels Acumatica Cloud ERP, et de recevoir une facture unique d’Amazon pour les heures passées en utilisation.

Acumatica and Amazon relationship

Schéma 2 : relation entre Acumatica et Amazon

Cette nouvelle offre, dévoilée lors de la convention re:Invent d’AWS fin 2016, représente un renforcement de l’engagement d’Acumatica à proposer des solutions simples et flexibles à ses clients par l’intermédiaire d’AWS. L’objectif est de faire en sorte que les utilisateurs d’ERP puissent avoir accès à une solution par connexion Internet et recevoir une facture unique. Les abonnements SaaS sur AWS Marketplace constituent également un nouveau moyen pour Acumatica et ses partenaires de stimuler la demande et de générer de nouvelles opportunités. Une fois identifiés par le partenaire, les clients potentiels se verront offrir une manière simple et rapide d’acheter Acumatica Cloud ERP. Ils auront la possibilité d’être intégrés rapidement par les partenaires et ne recevront qu’une facture mensuelle pour les services utilisés par l’intermédiaire de leurs comptes AWS existants.

En ce qui concerne Microsoft, le cloud Azure est une option pour les consommateurs insistants. Acumatica a été intégrée à Office365 en 2014 et à PowerBI au moyen de packs en 2015. Microsoft proposera rapidement une application mobile Outlook compatible avec l’add-on Acumatica Outlook, développé en 2016. Des bots et des interfaces de conversation avec Amazon Echo (Alexa) et Microsoft Skype sont en cours d’élaboration.

Acumatica 6.1 et sorties futures

Pour ce qui est de la partie « innover et collaborer » du slogan « innover – collaborer – accélérer » de la conférence, Jon Roskill a mentionné le lancement d’Acumatica 6 à l’été 2016. Depuis, Acumatica 6.1 a été mis à disposition pour tenir compte des retours des clients. Les possibilités de modifier le client sur les bons de commande et de transférer partiellement les reçus étaient notamment des fonctionnalités très demandées. L’interactivité des tableaux de bord est améliorée grâce à des filtres visuels disponibles dans Acumatica. En outre, il est également possible de détailler les graphiques proposés sur les tableaux de bord Acumatica. La nouvelle application mobile Acumatica 6.1 permet de collecter des reçus et de réaliser des recherches universelles.

Acumatica 6.1 est également une version de qualité (stable) en ce qui concerne l’assistance à long terme, ce qui signifie que les clients travaillant sur des versions plus anciennes et préférant évoluer sur leur cloud privé, au sein de leur environnement local (plutôt que de profiter des versions sur le cloud public), devront migrer, afin de rester à jour pendant quelque temps. Environ 75 % des clients se sont déjà abonnés au logiciel, principalement en Amérique du Nord, mais certains clients dans d’autres régions sont plus difficiles à convaincre en ce qui concerne une migration vers le cloud. Bien sûr, si tous les clients étaient équipés des nouvelles versions de SaaS, le travail d’Acumatica en serait facilité, mais certains préfèrent continuer d’évoluer localement.

Une assistance d’un an pour toutes les versions du produit (Small Business, Advanced et Enterprise) est désormais disponible directement auprès d’Acumatica. Auparavant, Acumatica ne proposait qu’une assistance premium. Les performances du produit sont également meilleures, en particulier dans la mesure où il offre une plus grande flexibilité que le grand rival d’Acumatica, NetSuite, pour un prix similaire. Jon Roskill a admis qu’il était encore possible de l’améliorer en termes de synchronisation avec les logiciels des autres éditeurs, de précision, de fonctionnalités de reporting et de prise en main.

De plus, Acumatica a annoncé le lancement d’une nouvelle édition de sa suite ERP Cloud : Acumatica Commerce Edition, qui propose des applications essentielles aux activités de e-commerce. L’offre de base inclut des solutions de financement, distribution (gestion des stocks et traitement et exécution des commandes), configuration des produits et intégration avec Magento à l’aide de Kensium’s Connector (l’intégration à Amazon est en cours). La solution est pré-paramétrée pour un monde multi-cloud, afin que les entreprises puissent utiliser des add-ons optionnels, notamment l’outil de calcul des impôts d’Avalara et les fonctions de scan de codes à barres et gestion des entrepôts de Fusion.

Acumatica Commerce Edition est désormais disponible pour SaaS et Private Cloud Subscription (PCS), avec une assistance Acumatica Premier Support 24h/24, 7j/7 et des fonctionnalités solides pour les clients évoluant dans le secteur de la vente au détail et du e-commerce. Cette version vient compléter l’édition précédente Field Services Edition (gestion des itinéraires avec Google maps, mises à jour mobiles par et pour le personnel sur le terrain, gestion des stocks à distance), et la prochaine version Manufacturing Edition, qui devrait être disponible au deuxième trimestre 2017, et est développée sur la plateforme xRP par JAAS Systems.

Création d'un monde multi-cloud

Pour Jon Roskill, il n’est plus suffisant de transférer les principaux processus commerciaux d’une entreprise vers le cloud. Nous vivons dans un monde multi-cloud, dans lequel les applications et services du cloud doivent collaborer facilement pour répondre aux besoins des clients. Jon Roskill a rassuré son public : Acumatica continuera de proposer des intégrations couplées à d’autres prestataires de services du cloud, y compris ses partenaires et ses concurrents (schéma 3).

Ainsi, Acumatica a annoncé lors du sommet son intégration multi-cloud à DocuSign, le leader des outils de e-signature et gestion numérique des transactions. DocuSign permet à un grand nombre d’individus et d’organisations d’envoyer, signer et gérer leurs contrats et collecter leurs paiements numériquement, plutôt que via des outils d’impression, de télécopie, scan et envoi par coursier de documents papier.

Ce partenariat est le dernier d’une longue liste d’intégrations de l’interface REST d’Acumatica à des grands acteurs du cloud, notamment Office 365, Power BI, Magento, Infinity HR, SurveyMonkey et HubSpot. Les intégrations à Docusign et SurveyMonkey sont disponibles sur GitHub en open source afin d’encourager la participation de la communauté.

Acumatica CEO Jon Roskill

Schéma 3 : PDG d’Acumatica, Jon Roskill

Actualités des programmes partenaires

Au cours de la présentation de ses partenaires, Ali Jani, vice-président de la stratégie de partenariat, d’autonomisation et de services d’Acumatica, a indiqué que 50 % des nouveaux partenaires étaient fidélisés au cours de leur première année d’activité (la norme de l’industrie se situe autour de 10 %) et 25 % au cours des trois premiers mois. Un grand nombre de partenaires ont affiché une croissance de 100 % l’an dernier, et on ne retrouve pas de règle « 80-20 » dans l’environnement d’Acumatica (c’est-à-dire que 20 % des partenaires ne génèrent pas nécessairement 80 % des revenus).

Acumatica note et récompense ses partenaires sur la base de leur taux de recommandation net (net promoter score – NPS) et de la satisfaction de leurs clients. Cette satisfaction peut découler du succès de l’installation (par exemple prix fixe et installation efficace), de l’implication des clients (être précieux aux yeux des clients), du service client (encourager les conversations avec le client) et des produits (mises à jour, communication au sujet des avantages d’un abonnement auprès des prospects). Il existe des exigences minimums en termes de nombre de clients et de satisfaction de ceux-ci, et les partenaires disposent d’une période de six mois pour apporter les améliorations requises. Acumatica ne permet pas à ses partenaires de se comptabiliser eux-mêmes comme un utilisateur d’Acumatica ERP dans le nombre de clients obtenus au cours de l’année.

Les partenaires ne reçoivent pas de commissions annuelles, mais s’engagent à dédier du temps et des efforts aux actions de certification et de spécialisation. L'éditeur récompense les opportunités découvertes par les partenaires non seulement en fonction de leur nombre de clients, mais également sur la base de la satisfaction de leurs clients (succès avérés), du nombre d’add-ons verticaux et de leur expérience du domaine, de leur présence géographique, de leur niveau de certification et de la qualité des livraisons et présentations. L’objectif d’Acumatica est désormais de séduire de grands prestataires de services locaux et mondiaux, capables de mener à bien des projets dans les délais. RSM, Tribridge, ou Baker Tilly sont de bons exemples de partenariats souhaités. Mais attention, cela ne signifie pas que les petits partenaires régionaux spécialisés ne sont plus désirés.

En raison de ces nouvelles versions verticales, l’expertise comptable horizontale ne suffira plus. Les partenaires devront avoir des connaissances en e-commerce, services, segments manufacturiers particulièrement discrets, etc. Ces domaines verticaux contribuent également à la migration des clients existants vers le cloud, et les versions verticales ne sont disponibles que sur abonnement. Il semble qu’il ne soit plus possible de se fonder uniquement sur l’héritage de Microsoft Dynamics SL. Les clients historiques des logiciels d’ERP tels que Sage 100, Sage 300 et Sage 500, ainsi que de Microsoft Dynamics GP, seront les prochaines à se montrer vulnérables. Des manuels de migration avec des paliers, des démos, des outils de migration de données, etc. pour ces produits cibles sont en cours de développement. Une campagne viendra en outre concurrencer Microsoft Dynamics GP pour que ces clients historiques passent sur le cloud AWS en contrepartie de crédits de migration.

La version Small Business a été récemment lancée pour attirer les plus petits acteurs du marché, sans nécessairement supprimer les fonctions comptables. Son prix est abordable pour que les jeunes entreprises avec moins de 10 collaborateurs puissent se la procurer. Une fois que ces organisations auront atteint une taille plus importante, elles pourront passer aux versions plus avancées et migrer vers des licences illimitées, ce que seul Acumatica propose à ce jour.

La roadmap d'Acumatica dévoilée

Le deuxième jour de la conférence, au cours de la séance plénière, Mike Chtchelkonogov, le fondateur et responsable de la technologie d’Acumatica, a présenté certaines fonctionnalités qui seront lancées en 2017. Par exemple, en termes de financement, l’accent sera placé sur les fonctionnalités financières intra-groupes pour les succursales et la migration simplifiée des données financières. La création de projets et la facturation seront facilitées, tout comme la gestion des reporting et changements dans le cadre de projets de services et construction.

En ce qui concerne les nouvelles interfaces utilisateur pour les applications sur le cloud, l’expérience des clients ne dépend plus que du design. Ils font désormais attention à la facilité d’utilisation des flux de travail/automatisation/alertes et de formation. Les tableaux de bord accepteront des paramètres qui contribueront à détailler les informations. Les recherches réalisées permettront de joindre des documents aux interfaces utilisateur. L’amélioration de la plateforme se concentrera sur la supervision des processus commerciaux et l’approfondissement du cadre de personnalisation (afin d’être plus intuitive pour les consultants). Mike Chtchelkonogov a également fait la démonstration d’une synchronisation en temps réel avec Salesforce CRM, bien qu’Acumatica possède son propre module de CRM (un grand nombre de clients travaillent néanmoins avec Salesforce).

La plateforme mobile, développée en interne, est compatible avec iOS et Android (développée une fois, déployée de nombreuses fois) est fait office de facteur de différenciation pour Acumatica. Les partenaires ont été encouragés à présenter autant que possible cette plateforme à leurs clients. Des tableaux de bord proposant des fonctions de sélection et des rapports téléchargeables seront bientôt disponibles dans les applications mobiles d’Acumatica, tout comme des outils d’intégration de cartes, de signature, d’intégration de localisation GPS, d’icônes de téléphone pour appeler un numéro lié, etc. Acumatica Device Hub permettra d’accéder au réseau ou à des appareils PC RF, balances et imprimantes afin de permettre une opération « sélection/conditionnement/envoi » rapide (schéma 4).

À la fin de la présentation destinée au grand public (les trois autres jours proposaient des sessions de formation intensives pour les partenaires et les clients), Jon Roskill est revenu sur scène pour souligner que 75 % des collaborateurs d’Acumatica possèdent de grandes connaissances techniques et sont impliqués dans les opérations de R&D. Il a présenté certaines initiatives toujours en cours d’examen, qu’il n’est pas certain de lancer un jour. La première démonstration présentait l’outil de chaîne de blocs d’Acronis. Cet outil protège l’intégrité des transactions puisque les chaînes de blocs sécurisent les transactions numériques grâce à des empreintes cryptographiques. L’intégrité de la transaction est garantie grâce à de multiples copies certifiées conformes d’une facture envoyée par email, afin d’offrir confiance et responsabilité et de limiter les possibles fraudes/tentatives de phishing. L’intégration avec le cloud d’Abbyy Software est également impressionnante et permet la reconnaissance intelligente des caractères sur les factures envoyées. Le moteur d’Abbyy est capable d’apprendre, avec le temps, à reconnaître les schémas de chaque fournisseur et à pré-remplir les factures et les formulaires de créances. Le public s’est montré très enthousiaste à l’idée de parler à Alexa ou d’utiliser des bots Skype.

Acumatica’s Ali Jani demoing new mobility features

Schéma 4 : Ali Jani présentant les nouvelles fonctionnalités mobiles

Contenus suggérés pour vous

Modèle d'appel d'offre
Produit officiel TEC - Technology Evaluation Center
Modèle d'appel d'offre
Produit officiel TEC - Technology Evaluation Center
Modèle d'appel d'offre
Produit officiel TEC - Technology Evaluation Center
Modèle d'appel d'offre pour un ERP pour entreprise industrielle Modèle d'appel d'offre pour un CRM (toutes entreprises) Modèle d'appel d'offre pour un logiciel de gestion financière (toutes entreprises)

Perspectives pour l’avenir

Le panel de clients réunissant quatre entreprises de différentes tailles, industries et géographies est venu illustrer parfaitement la raison du succès d’Acumatica. Ces groupes ont été captés alors qu’ils utilisaient d’autres logiciels (NetSuite, Sage, QuickBooks et Microsoft Dynamics GP). Certains ont préféré la diversité de la gamme de produits Acumatica – SaaS, cloud privé, environnement local. D’autres ont mentionné des avantages comme le prix, l’ouverture, la flexibilité, le développement, la mobilité, la performance, l’innovation/la cartographie et la capacité à modifier le niveau de ressources tous les trimestres, si nécessaire.

Acumatica semble bien positionnée pour poursuivre sa croissance à un taux acceptable. Du côté des utilisateurs finaux, il y a toujours un grand nombre de clients historiques qui utilisent d’autres ERP à convertir. En ce qui concerne l’offre de la plateforme xRP aux autres fournisseurs indépendants de logiciels et OEM, certains fournisseurs travaillent sur IBM AS/400, Delphi, Windows Forms, Classic Java et des plateformes similaires. L’application OpenEdge de Progress a montré une certaine résilience et modernisation via la mobilité Telerik, dans la mesure où certains fournisseurs ne sont pas passés à Acumatica.

La concurrence d’Oracle, NetSuite, Intacct, FinancialForce, Infor, Epicor, Sage, Microsoft Dynamics, etc. sera féroce. Mais Acumatica a confiance, dans la mesure où un grand nombre de ses concurrents sont déjà entrés dans une phase de transition, notamment en changeant de propriétaires et de direction ou en procédant à des montées en gamme, sans garantir leur position sur le marché. NetSuite sera difficile à surpasser en raison de la bonne santé de ses finances, la qualité de ses démonstrations et son statut de leader (« Vous ne serez pas viré si vous passez chez NetSuite. »), mais Acumatica est prête à se battre et à lui en donner pour son argent.

Commenter cet article

Ajouter un commentaire