L’ikigai, ou comment trouver la voie qui nous correspond vraiment

L’ikigai, ou comment trouver la voie qui nous correspond vraiment

Résumé de l’article : 
L’ikigai est une méthode japonaise qui permet de trouver sa « raison de vivre ». Aujourd’hui, on l’applique de plus en plus à la sphère professionnelle. Elle consiste à répondre de manière pertinente aux quatre questions suivantes, en effectuant certains exercices :

  • qu’est-ce que j’aime faire ?
  • pour quoi suis-je doué·e ?
  • de quoi le monde a besoin ?
  • pour quoi puis-je être payé·e ?

Au croisement de vos réponses se situe votre ikigai. Il vous donnera des pistes à explorer pour initier des changements et, à terme, trouver enfin le travail de vos rêves.

Sommaire

Suggestion de logiciels pour vous

AppliRH

AppliRH
Editeur de logiciels pour la formation professionnelle
Démo gratuite en ligne
Voir ce logiciel

Pitchy

Pitchy
La création vidéo enfin à la portée des entreprises
Visite personnalisée
Voir ce logiciel

BOTNATION AI

BOTNATION AI
Améliorez votre business avec le marketing conversationnel
Démarrez Gratuitement
Voir ce logiciel

L’ikigai kézako ?

Depuis quelques mois, la toile vante les louanges d’une méthode japonaise qui permettrait de trouver sa raison d’être : l’ikigai. Mais que se cache-t-il derrière ce mot ? En quoi consiste exactement cette recette miracle qui nous donnerait enfin envie de nous lever tous les matins ?

Le mot « ikigai » rassemble la notion de » iki », signifiant « vie » en japonais, et de « gai », pouvant se traduire par « ce qui vaut la peine ». Dans une démarche de développement personnel et grâce à une profonde réflexion sur soi, l’ikigai permet donc de trouver sa raison de vivre. Et ça marcherait ! Pour preuve, les habitants de la région d’Okinawa, réputée pour son nombre impressionnant de centenaires, devraient leur longévité à leur ikigai (ainsi qu’à leur régime alimentaire).

Par extension, la quête de son ikigai s’applique de plus en plus à l’activité professionnelle. Quand nous considérons qu’un Français passe en moyenne 35,2 ans dans la vie active, nous mesurons tout l’intérêt de réfléchir à un meilleur épanouissement au travail (source : 20 minutes).

Envie de trouver quel métier vous procurera entière satisfaction ?

Découvrez dans cet article les principes sur lesquels repose l’ikigai. Puis, grâce à nos conseils et notre ikigai à imprimer, tentez de découvrir le vôtre et atteignez enfin un parfait équilibre dans votre vie professionnelle.

Où se situe votre ikigai ?

Quelles questions devez-vous vous poser ?

Réussir à trouver sa voie professionnelle et sa vocation implique de répondre aux quatre questions suivantes :

  • qu’est-ce que j’aime faire ?
  • pour quoi suis-je doué·e ?
  • de quoi le monde a besoin ?
  • pour quoi puis-je être payé·e ?

Au carrefour de vos réponses se situe votre ikigai.

ikigai : schéma

Source : moovijob.com

Vous constatez sur le schéma ci-dessus que l’ikigai ne se manifeste qu’en cas de parfait équilibre entre vos quatre cercles. Si vous privilégiez, par exemple, une profession pour laquelle vous avez des aptitudes (pour quoi suis-je doué·e ?) mais vide de sens à vos yeux (de quoi le monde a besoin ?), vous éprouverez de l’insatisfaction.

Toutefois, répondre à ces quatre questions s’avère bien plus complexe qu’il n’y paraît. Cet exercice requiert de la méthode, de l’optimisme, et implique que vous soyez prêt·e à sonder avec sincérité votre personnalité.

Malheureusement, il n’existe pas de « recette miracle » pour trouver facilement son ikigai ; nous n’éprouvons pas tous les mêmes difficultés face à l’introspection. Pour y parvenir vous pouvez, par exemple, vous appuyer sur un test ikigai en ligne gratuit, ou encore un livre de développement personnel.

De notre côté, nous allons vous communiquer dans cet article quelques pistes de réflexion. À vous de vous les approprier pour enfin trouver votre source de bonheur au travail !

À retenir avant de commencer

Avant de commencer à chercher la clé de votre épanouissement personnel et professionnel, gardez en tête ces quelques principes importants :

  • trouver son ikigai est une démarche qui prend du temps (de quelques jours… à quelques mois !). Vous serez amené·e à mettre en place la réflexion la plus honnête et pertinente possible sur vous et le monde qui vous entoure. Mais plus vous vous appliquerez, plus le résultat sera satisfaisant ;
  • n’associez pas obligatoirement votre ikigai au succès professionnel ou à un salaire important. Il s’agit surtout de déterminer quel job a vraiment du sens pour vous et vous procurera le plus d’estime personnelle ;
  • attendez-vous à ce que votre ikigai évolue avec le temps. Nous n’avons pas les mêmes envies de carrière professionnelle à 20 ans qu’à 40 ans ;
  • pour réussir l’exercice, adoptez une pensée positive. Libérez-vous de tout jugement limitant et apprêtez-vous à sortir de votre zone de confort.

Prêt·e ?

Munissez-vous d’un crayon, d’un cahier… et commençons !

Comment trouver votre ikigai ?

Si vous le souhaitez, vous pouvez télécharger notre ikigai à remplir, complété de la synthèse de notre méthode. Vous le remplirez à l’aide des réponses trouvées en suivant les quelques exercices que nous vous conseillerons.

Il est désormais temps de répondre à la première des quatre fameuses questions : qu’est-ce que vous aimez faire ?

Trouver votre ikigai : qu’est-ce que vous aimez faire ?

Pour commencer, listez toutes les activités qui vous donneraient envie de sortir du lit tous les matins, même si vous n’êtes pas particulièrement doué·e pour ça.

Vous séchez ? Rien de pertinent ne ressort ?

Appliquez-vous à répondre aux questions suivantes :

Quelles sont vos passions ?

Notez sur une page de votre cahier toutes les passions qui vous animent, qui attisent toujours plus votre curiosité. Et surtout, ne vous limitez pas à la sphère professionnelle. Il faut savoir lâcher prise et consigner tout ce qui vous passe par la tête.

Quand vous situez-vous en état de flow ?

Selon le psychologue hongrois Mihaly Csikszentmihalyi, l’état de flow opère lorsque nous effectuons une activité de manière si intense et impliquée que nous ne voyons pas le temps passer. Ces moments-là sont révélateurs de ce qui nous anime vraiment.

Attention, focalisez-vous sur les moments durant lesquels vous exercez une activité de manière active. Regarder votre série préférée sur Netflix ne compte pas ;-).

zone de flow : schéma

Source : les nouveauxtravailleurs.fr

Quels étaient vos rêves d’enfant ?

Durant notre enfance, les considérations d’ordre financier ou la peur du lendemain ne parasitent pas vos envies. Nous faisons preuve de sincérité avec nous-mêmes.

Par conséquent, en identifiant quels rêves d’enfant vous regrettez de ne pas avoir accomplis, vous repérez vos passions profondes.

Qu’est-ce qui vous rend jaloux·se ?

L’exercice semble inconfortable ? Oui, mais la jalousie que nous ressentons à l’égard d’un individu est très intéressante : elle indique qu’il possède quelque chose que nous n’avons pas et que nous désirons.

De ce fait, notez quels sont les objets de votre jalousie, et quel(s) désir(s) caché(s) ils évoquent.

Vous avez trouvé un certain nombre de réponses à la question « qu’est-ce que j’aime faire ?”. Il est temps de passer à l’étape suivante.

💡astuce : il est possible de mener les deux premières étapes de concert… et à votre rythme ! Rappelez-vous qu’il s’agit d’un long cheminement personnel, et que nous ne parvenons pas tous à nous connecter à nous-mêmes à la même vitesse.

Trouver votre ikigai : pour quoi êtes-vous doué·e ?

Pour découvrir votre ikigai, vous devez identifier ce pour quoi vous êtes naturellement doué·e.

La frontière avec l’étape précédente vous semble mince ?

Pourtant, nous avons affaire à deux choses bien différentes. Il arrive souvent, par exemple, de constater que nous avons du talent pour des activités qui ne nous passionnent pas plus que ça. Nous ignorons, en revanche, certaines de nos aptitudes.

Prêt·e à distinguer vos vrais talents ? Répondez aux questions suivantes :

Quels talents vous viennent naturellement ?

Demandez-vous vraiment ce que vous savez faire spontanément, sans que cela ne demande d’efforts particuliers. Puis inscrivez les éléments de réponse sur votre cahier.

Veillez également à vous détacher de la dimension professionnelle et de son lot de compétences. Laissez plutôt vos talents inattendus, différant de ceux figurant sur votre CV, se détacher. Par exemple : je sais faire rire les autres, je sais donner de bons conseils à mes amis, je sais m’exprimer en public, etc.

Et bien sûr, interrogez-vous sur votre savoir-être autant que sur votre savoir-faire.

Que pense votre entourage de vous ?

Un bon moyen de redécouvrir vos facultés consiste à interroger votre entourage. Ils porteront un regard différent sur vous, et feront souvent preuve d’une meilleure prise de recul.

Vous ne savez pas comment aborder la question avec vos proches ? Nous vous conseillons de leur poser la question suivante : « Si vous deviez compter sur moi pour quelque chose d’important, de quoi s’agirait-il ?».

Vous pourriez être surpris des réponses ;-).

Maintenant que vous avez répondu aux deux premières questions, croisez vos réponses et repérez les pistes qui se détachent.

Tout ceci vous semble encore flou ? Pas de panique ! Plus vous avancerez dans la recherche de votre ikigai, plus la clé de votre épanouissement personnel se dégagera.

Trouver votre ikigai : de quoi le monde a besoin ?

Parce que nous avons tous besoin de trouver un job riche de sens, cette question demeure indispensable.

Pour saisir quelle peut être votre mission de vie, réfléchissez aux questions suivantes :

Quelles réalisations vous ont apporté le plus de fierté ?

Bien sûr, ne vous focalisez pas uniquement sur les grandes causes. Et ne culpabilisez pas si vous n’avez jamais sauvé de baleines ou été bénévole pour Emmaüs.

Votre contribution à un monde meilleur peut-être beaucoup plus modeste, tant que vous avez participé à quelque chose qui dépasse l’unique satisfaction de votre individu.

Pour qui ou quoi souhaitez-vous vous investir ?

Appelez-en à votre empathie : quelles sont les injustices ou formes de souffrance pour lesquelles vous éprouvez le plus de peine ? Souhaitez-vous vous investir pour l’environnement, les animaux, contre la précarité ? En interrogeant votre corde sensible, vous déterminerez quelles situations vous avez envie de changer.

Qu’est-ce qui vous met le plus en colère ?

Vous ne vous sentez pas de nature très empathique ? Tentez plutôt de mobiliser votre colère. En effet, vous vous mettez en rogne si une situation ou une attitude ne vous convient pas. Sans doute est-ce là une piste à explorer…

À cette étape, la recherche de votre ikigai doit commencer à se préciser. Peut-être avez-vous commencé à réfléchir à comment mettre vos passions et aptitudes au profit de votre cause ?

Seulement voilà, pour éviter que tout ceci ne devienne qu’un doux rêve, encore faut-il concrétiser votre ikigai en véritable projet professionnel. Pour y parvenir, réfléchissez à la dernière des quatre questions : comment vous rémunérer.

Trouver votre ikigai : pour quoi pouvez-vous être payé·e ?

Pour répondre à cette question, dressez la liste des potentielles activités en accord avec la réalisation de votre rêve. Là aussi, ne vous imposez pas de limites et envisagez toutes les voies professionnelles et statuts possibles (salarié, autoentrepreneur, freelance).

Comme vous vous en doutez, cette étape se révèle vite chronophage. Elle nécessite que vous vous renseigniez consciencieusement sur les différents métiers existants, sur les opportunités de business à créer, etc.

Par ailleurs, une fois la liste de vos potentiels jobs et activités dressée, il est important que vous déterminiez lesquels sont les plus viables pour vous. Hors de question de vous retrouver dans une situation financièrement inconfortable ! Pour y parvenir, procédez par élimination en vous posant un certain nombre de questions :

  • quel est le revenu minimum pour lequel j’accepte de travailler ?
  • quel est mon revenu idéal, celui qui me permettra de vivre vraiment comme je l’entends ?
  • quel environnement professionnel me convient le mieux ?
  • quels sont les possibles changements (naissance, déménagement, etc.) qui interviendront dans ma vie dans les quelques années à venir ?
  • quels sacrifices suis-je prêt·e à faire pour mettre en place mon nouveau projet professionnel ? etc.

En fonctionnant de la sorte vous mettrez le doigt sur la ou les activités professionnelles correspondant à votre ikigai, sans pour autant endurer un modèle économique insatisfaisant.

Maintenant, servez-vous de votre ikigai !

Une ou plusieurs pistes ont émergé suite à votre longue réflexion ? Félicitations, vous avez sans doute identifié votre ikigai :-)

Il est temps désormais de passer à l’action.

Bien sûr, la perspective d’initier de gros changements dans votre vie professionnelle (reconversion, entrepreunariat, etc.) peut faire peur. Laissez le temps à cette idée de mûrir, de faire son chemin dans votre tête. Percevez votre ikigai comme un fil rouge sur lequel vous appuyer pour orienter petit à petit votre projet professionnel, et donc votre projet de vie, vers la bonne direction. Et persévérez, car au bout du parcours vous attend la vie dont vous avez toujours rêvé.

En parallèle, gardez l’esprit ouvert et curieux, et continuez à nourrir votre ikigai en découvrant de nouvelles opportunités et sources d’épanouissement.

Et vous, où vous situez-vous dans votre réflexion sur votre vie professionnelle ? Avez-vous déjà trouvé votre ikigai ?

Suggestion de logiciels pour vous

ServicesRHOnline

ServicesRHOnline
Tous les outils RH dans un logiciel en ligne
Démonstration gratuite
Voir ce logiciel

eMundus

eMundus
Sélection de candidats pour l'enseignement supérieur
Réserver une démo
Voir ce logiciel

Softy

Softy
Solution de recrutement tout-en-un : gestion, suivi et tests
Demander une démo
Voir ce logiciel
Commenter cet article

Ajouter un commentaire