France Digitale Day 2020 : interview de Romain Mazeries, CEO de MANGOPAY

par Maëlys De Santis le 28/09/2020

Le 15 septembre dernier se tenait la huitième Ă©dition du France Digitale Day, l’évĂ©nement annuel rassemblant la scène europĂ©enne des startups au cĹ“ur de Paris.

Dans ce cadre, dĂ©couvrez les interviews de celles et ceux qui font le secteur tech. Ă€ commencer par Romain Mazeries, CEO de MANGOPAY.

Ă€ propos de Romain Mazeries

Romain Mazeries est CEO de MANGOPAY. Il a rejoint Céline Lazorthes en 2010 après une expérience de cinq années en conseil et audit en France, aux États-Unis et au Mexique, notamment chez Deloitte & Associés et Mazars. Romain est diplômé d’un magistère en économétrie à Toulouse et d’un Master de sciences du management à NEOMA Business School (Anciennement ESC Rouen).

Pouvez-vous vous prĂ©senter rapidement ?

Je suis Romain Mazeries, CEO MANGOPAY au commencement de cette aventure depuis les premiers jours.  

MANGOPAY est le spécialiste du paiement pour les marketplaces, plateformes de crowdfunding et des FinTechs, lancé en 2013. Nous fournissons à nos clients une API, conçue pour les développeurs et une solution en marque blanche intégrée en toute transparence. Elle permet aux plateformes d’optimiser le modèle économique en place et reste attentive aux spécificités locales en acceptant de nombreux moyens de paiements et devises.

Spécialiste incontournable du marché européen, MANGOPAY permet aux plateformes de réaliser des opérations complexes entre leurs utilisateurs tout en sécurisant les échanges avec un système d’e-wallets flexible et des outils antifraude dédiés pour continuellement rester conforme aux réglementations locales.

Nous accompagnons 2 500 plateformes dans toute l’Europe dont des plateformes de renom telles que Vinted, Ulule, La Redoute marketplace, BUT, Le Bon Coin, Kiss Kiss Bank Bank et bien d’autres encore.

Pourquoi participer Ă  un Ă©vĂ©nement comme le France Digitale Day ? Quel intĂ©rĂŞt pour MANGOPAY ?

Notre ADN, nos valeurs et notre culture mettent l’entrepreneuriat au centre. Tout comme France Digitale, nous souhaitons contribuer Ă  l’essor des startups françaises, permettre Ă  des entrepreneurs de poursuivre leurs rĂŞves. 

Nous faisions partie de l’équipe fondatrice de France Digitale dont j’ai Ă©tĂ© le premier trĂ©sorier. C’est tout naturellement que nous continuons Ă  nous inscrire dans les Ă©vĂ©nements de l’association annĂ©e après annĂ©e.

Au dĂ©but de notre aventure nous Ă©tions 4, la fondatrice CĂ©line Lazorthes, Laure NĂ©mĂ©e, notre CTO depuis maintenant 10 ans, et notre ancien CPO Matthieu Pozza. Aujourd’hui, nous comptons plus de 170 employĂ©s dans 6 pays pour un volume 2020 de transactions supĂ©rieur Ă  5 milliards d’euros.

La clé de notre succès a été toujours été d’accompagner les entrepreneurs. Ils sont au centre de notre stratégie.

Bien plus que des prestataires, nous construisons des partenariats solides avec nos plateformes en mettant à leur service notre expertise pour les accompagner dans leur croissance et leur permettre de créer de la valeur dans leur produit ainsi que dans leur communauté d’utilisateurs.

En quoi le contexte particulier de 2020 a-t-il modifiĂ© les enjeux de la tech ? Les enjeux sont-ils les mĂŞmes en France, en Europe, dans le monde ?

Le contexte actuel a eu un impact considérable sur les enjeux de la tech. Le confinement a redistribué les cartes de la consommation.

La culture du paiement s’est considérablement digitalisée, et les attentes des internautes sont grandissantes.

Instantanéité, fluidité, expérience multicanale, sécurité, tant de facteurs qui sont facilement applicables avec le modèle de la place de marché.

Oui les enjeux sont les mĂŞmes en France, en Europe et dans le monde. La libĂ©ralisation des Ă©changes ne cesse d’accĂ©lĂ©rer. L’environnement concurrentiel dans la tech et le cadre rĂ©glementaire des fintechs est très exigeant. Il faut constamment se remettre en question et se surpasser.

Le contexte particulier de 2020 a Ă©tĂ© pour nous un catalyseur pour des projets qui donnent plus de sens Ă  notre mission d’accompagner les entrepreneurs, de rĂ©pondre Ă  leurs besoins. 

Le France Digitale Day 2020 se focalise sur les ALTernatives (emploi, gouvernance, environnement, diversitĂ©) : comment s’inscrit MANGOPAY dans cette dĂ©marche ?

Les valeurs d’inclusion et de diversitĂ© font partie de notre ADN. Par diversitĂ©, j’entends complĂ©mentaritĂ© des forces. Il ne s’agit pas d’engager un profil qui dĂ©note des standards de l’industrie, ni de partir sur des quotas, mais bien de fusionner des perspectives diffĂ©rentes pour arriver Ă  des rĂ©flexions et des rĂ©sultats qui sortent de l’ordinaire. Sortir de sa zone de confort est le meilleur moyen d’atteindre son plein potentiel.

C’est pourquoi nous mettons un point d’honneur Ă  cultiver une diversitĂ© au sein de nos Ă©quipes, tant au niveau du genre, de l’âge, de la classe sociale que du parcours acadĂ©mique. C’est une force que d’être exposĂ© Ă  d’autres rĂ©fĂ©rences que les siennes. 

Dans cette perspective, MANGOPAY compte parmi les signataires du Parental Act pour proposer au deuxième parent, quel que soit son sexe, la possibilité de prendre des congés suite à l’arrivée d’un nouvel enfant au sein du foyer. Nos engagements se traduisent également à travers des partenariats en externe, notamment avec TechFugees.

Quelle est votre vision de la tech française et europĂ©enne pour les 3 annĂ©es Ă  venir ?

Je suis optimiste pour le future de la tech française.

Elle ne cesse de gagner du terrain. On sent clairement un changement de paradigme au plus haut niveau avec la mobilisation de l’État et des investisseurs institutionnels français et internationaux.

Aider la French tech Ă  atteindre son plein potentiel est primordial pour relancer le pays et sortir notre carte du jeu dans le monde de demain. Les chiffres sont lĂ  :

  • la tech française recrute,
  • la tech française crĂ©e de la valeur,
  • la tech française s’internationalise beaucoup plus vite que les autres secteurs. 

Il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin, il faut continuer à innover, continuer à financer la croissance de l’écosystème. On a les armes pour créer bien plus de champions européens.

Je suis également convaincu que nous serons encore plus fort dans 3 ans, car nous aurons réussi à faire de la tech française une référence en termes d’impact économique et sociétal.

J’ai foi en l’écosystème actuel et encore plus à la nouvelle génération d’entrepreneurs que je vois visionnaire et talentueuse.