FinTech : panorama des technologies et startups qui révolutionnent la finance

FinTech : panorama des technologies qui révolutionnent la finance
5
1 avis

Qu’est-ce que la FinTech ?

En quelques mots, c’est à la fois la révolution numérique déferlant sur le monde de la finance à coups d’innovations technologiques, et ses acteurs, les jeunes pousses disruptives cassant les codes du marché.

Une tendance qui engendre une qualité de service accrue et une baisse des prix, mais qui nécessite toutefois de porter une attention particulière à la cybersécurité et la protection des données.

Suggestion de logiciels pour vous

iPaidThat Comptabilité

iPaidThat Comptabilité
Rapprochement bancaire & classification auto. des factures
Essai gratuit
Voir ce logiciel

Spendesk

Spendesk
Pilotez sans effort les dépenses de votre entreprise
Découvrir notre offre
Voir ce logiciel

Zendesk

Zendesk
Plateforme omnicanale de fidélisation de vos clients
Essai Gratuit
Voir ce logiciel

FinTech : définition et contexte

Le terme FinTech est le résultat de la contraction de Finance et Technologie, ou plutôt de financial services technology puisqu’il nous vient de l’anglais.

Il désigne des entreprises, principalement des start-up, proposant des technologies et des modèles innovants en matière de produits et de services financiers.

La FinTech a émergé dans un contexte :

  • d’explosion du e-commerce,
  • d’utilisation intensive du smartphone,
  • et de défiance des utilisateurs à l’encontre des systèmes traditionnels, suite à la crise financière de 2008.

La demande vers des services financiers plus transparents, accessibles, innovants, mobiles et moins coûteux a en effet fortement augmenté.

Pour y répondre, les technologies du numérique et de l’intelligence artificielle se sont imposées naturellement.

Elles ont peu à peu transformé le paysage et les métiers de la banque, de l’assurance, de l’investissement et de la gestion des actifs, notamment grâce aux renforcements de la réglementation financière et aux évolutions en stockage et gestion des données électroniques, avec l’open data et le cloud.

FinTech : définition
© extrait d’une infographie BpiFrance

La FinTech : un marché mondial

De nombreuses références de la FinTech sont internationales, basées principalement en zone Asie-Pacifique.

KPMG établit tous les ans un classement FinTech 100, avec les 50 leaders mondiaux (leading 50) et les acteurs émergents et disruptifs (emerging 50).

Top 10 des leaders mondiaux FinTech 2019 :

  • Ant Financial (Chine), du groupe Alibaba, Multi FinTech (Alipay, MoneyGram, Sesame Credit),
  • Grab (Singapour), plateforme VTC, de paiement et de livraison en restauration,
  • JD Digits (Chine), Multi (assurance, crowdfunding, paiement, gestion des actifs, etc.),
  • GoJek (Indonésie), mise en relation des livreurs et clients,
  • Paytm (Inde), paiement en ligne,
  • Du Xaoman Financial (Chine), prêts à court terme et services en investissement,
  • Compass (États-Unis), services bancaires, investissements, etc.,
  • Ola (Inde), porte-monnaie en ligne (ewallet),
  • Opendoor (États-Unis), agence immobilière en ligne,
  • OakNorth (Royaume-Uni), banque en ligne pour prêts commerciaux et immobiliers.

☝️ L’Europe n’est pas en reste, le nombre de licornes FinTech européennes a triplé depuis 2016.

En 2018, il y a eu 40 milliards de dollars d’investissements dans les FinTech.

Source : Accenture

FinTech France : segments porteurs et acteurs

En 2019, dans le classement Fintech 100 de KPMG, 4 des FinTech émergentes étaient françaises :

→ Il y a eu Leetchi (cagnotte collaborative en ligne) en 2016 ;
Alan (assurance), iBanFirst (banking-as-a-service), Lydia (application de paiement mobile), PayFit (paie et RH en ligne) et Qonto (néobanque) en 2017 ;
+Simple (courtier en assurances) et Shift Technology (détection de fraude à l’assurance par l’IA) en 2018.

Quelques chiffres sur la FinTech française

Selon l’association France FinTech :

  • la FinTech représente 13 % des levées de fonds de la French Tech ;
  • 350 FinTech sont identifiées en France en 2018, dont 234 ont une activité régulée par l’ACPR - Autorité du Contrôle Prudentiel et de Résolution, ou la Banque de France ;
  • 699 M€ ont été levés en 2019 et déjà 308,4 M€ à fin avril 2020.

7 FinTech françaises ont intégré le Next40 en 2019.

Source : Exton Consulting

FinTech France 2018

Cartographie de la FinTech en France

La société de gestion NewAlpha Asset Management et le cabinet de conseil Exton Consulting se sont associés pour dresser un état des lieux de la FinTech en France, via un mapping et un rapport établis à fin 2019, présentés à l’occasion du dernier salon Paris FinTech.

Voici la cartographie la plus récente des FinTech françaises, par secteur et par ancienneté, démontrant leur dynamisme mais aussi leur stabilité, notamment avec le poids croissant des FinTech en activité depuis plus de 5 ans :

Mapping écosystème FinTech France

cartographie fintech pdf disponible sur mappingfintech.com © NewAlpha Asset Management/Exton Consulting

On peut classifier les FinTech de deux manières :

  • par public cible,
  • par segment/offre.

Les FinTech par public cible, avec des exemples d’acteurs français:

Les FinTech BtoC (grand public)

Selon une étude réalisée par le cabinet CB Insights, les FinTechs se sont d’abord attaquées au marché des particuliers pour disrupter le secteur bancaire et offrir une nouvelle expérience client.

Les investisseurs sont néanmoins restés frileux, les coûts d’acquisition de nouveaux clients étant très importants (on se souvient notamment des banques en ligne offrant 80 € pour toute souscription, le double pour un parrainage).

Les néobanques (Compte Nickel) sont depuis venues faire concurrence à la banque en ligne grâce à un paramétrage plus libre et plus autonome des outils, avec des services cependant limités (pas de chéquiers, d’épargnes ni de découverts possibles).

Parmi les autres offres FinTech BtoC, on recense les applications :

  • de cagnottes en ligne (LePotCommun, OnParticipe.fr),
  • de paiement entre particuliers (Lydia),
  • de gestion de budget personnel (Linxo, Bankin),
  • de cartes de paiement (Pixpay),
  • de microprêts entre particuliers (Finfrog),
  • de gestion de patrimoine (Grisbee, Filib'),
  • de transferts d’argent (Monisnap),
  • de prêts-investissements (comme Virgil dans l'immobilier),
  • de gestion d’investissement et d’épargne automatisée (conseil financier via les robo-advisors comme Yomoni), etc.

Les FinTech BtoB

D’après la même étude de CB Insights, l’offre business to business s’est développée de façon plus conséquente en attirant plus d’investisseurs. Dès 2016, elle représentait 50 % des FinTech.

La banque mobile BtoB y a aussi trouvé sa place, séduisant les entreprises, autoentrepreneurs inclus, grâce à un parcours client fluidifié, des procédures d’ouverture rapides, des offres sur mesure et des tarifs défiant ceux de la banque traditionnelle.

Parmi les autres services financiers proposés aux entreprises :

  • la néobanque (Manager.one),
  • le transfert de devises en ligne,
  • l’accompagnement au développement (La Ruche),
  • l’affacturage dématérialisé (financement et recouvrement de créances - Finexkap, Rubypayeur),
  • la gestion des dépenses et des moyens de paiement (IPaidThat, Mooncard),
  • la gestion de trésorerie (Kyriba, Redfox Finance),
  • les caisses enregistreuses connectées (Wynd), etc.

Les FinTech BtoBtoC

La cible est ici multiple, entre business et particuliers.

C’est par exemple le cas des plateformes de financement participatif, mettant en relation des entrepreneurs et des investisseurs, particuliers ou professionnels. On en compte plusieurs sortes :

  • le crowdfunding, plateformes de dons, comme KissKissBankBank, Ulule,
  • le crowdlending, plateformes de prêts-investissements, comme Lendopolis,
  • le crowdequity, financement en capital, comme Sowefund.

Voici quelques segments porteurs :

Les PayTech

Ces plateformes spécialisées dans les solutions de paiement se sont développées avec l’essor du e-commerce pour renouveler les offres, notamment en paiement de détail (cartes de paiement, passerelles de paiement, paiement sur mobile, etc.).

Elles représentent 20 % des FinTech françaises.

Pour n’en citer que trois :

  • Lunchr (maintenant Swile) est une référence en carte ticket restaurant,
  • Spendesk une autre en carte de paiement et gestion des dépenses professionnelles,
  • SlimPay une passerelle de paiement pour plateformes e-commerce.

Les InsurTech ou AssurTech

Il y a pas que les banques, les assurances aussi ont leurs FinTech, et elles représentent le 2e segment le plus porteur en France avec une cinquantaine d’entreprises :

  • comparateurs d’assurances en ligne (Fluo),
  • assurances collaboratives (Inspeer, Otherwise),
  • néoassurances ou encore assurances en ligne (Alan, qui a d’ailleurs rejoint le French Tech 120).

Les plateformes de financement d’entreprises ou de particuliers

Juste derrière les InsurTech, les plateformes de crowdfunding et de courtage augmenté en financement, comptent près d’une cinquantaine d’acteurs, dont Younited Credit, October, HelloPrêt et Pretto.

Les plateformes d’investissement

Cela va du conseil en placement, à l’image d’Active Asset Management (analyse de portefeuille, stratégies d’allocation d’actifs dynamiques basées sur la gestion des risques), au trading nouvelle génération.

Le Trading Haute Fréquence, par exemple, est une pratique qui consiste à transmettre de façon automatisée et très rapide des ordres sur les marchés financiers, via des plateformes de transactions, à l’aide d’algorithmes.

Les RegTech

Contraction de regulation & technology, ces entreprises ont le vent en poupe.

Elles se concentrent sur la conformité des acteurs bancaires et les contraintes réglementaires en termes de connaissance client (Fortia ou Neuroprofiler).

Elles proposent des solutions de gestion automatisée et intelligente (finance comportementale) dans le domaine de la conformité et de la gestion des risques, grâce au big data et au machine learning.

La cryptofinance

Tout le monde connaît le bitcoin. Les paiements en cryptomonnaie se sont développés grâce à la technologie blockchain (espace numérique de stockage de données open source, sans intermédiaire, et sécurisé).

Parmi les acteurs dans ce domaine, on peut citer Acinq, Chaineum (conseil) et Ledger.

FinTech : actualités

Grâce à Bpifrance, qui soutient la FinTech française pour l’élever au rang des leaders mondiaux, des représentants ont pu assister au Fintech Festival de Singapour en novembre 2019 et présenter, entre autres, leur savoir-faire technologique lié à la DSP2 (nouvelle directive européenne relative au paiement) dont un équivalent doit être mis en place à Singapour en 2020, selon Younited Credit.

FinTech vue par BpiFrance
© 2e extrait de l’infographie BpiFrance

En ce qui concerne les événements à venir, notons à l’agenda :

  • la 9e édition du salon Big Data Paris, Porte de Versailles, les 14 & 15 septembre 2020,

  • la 5e édition de la Fintech R:Evolution, organisée par France FinTech, à la Station F à Paris, le 15 octobre 2020 (la date du 23 avril ayant été annulée à cause du coronavirus).

La FinTech a de beaux jours devant elle

Pour 2020, on peut déjà relever trois tendances majeures :

  • la Green Finance (finance verte) et la finance « for good » favorisant les solutions éthiques, par exemple de financement de projets et d’entreprises, œuvrant pour l’environnement et une économie durable ;
     
  • le développement du paiement instantané (ou IP pour Instant Payment) et des fonctionnalités de paiement enrichies ;
     
  • la poursuite de la mise en conformité avec l’entrée en vigueur de la directive européenne DSP2, depuis septembre 2019, pour la protection des consommateurs et des paiements plus sécurisés.
Suggestion de logiciels pour vous

WITY

WITY
Logiciel de compta ultra-simple & Conseil par un comptable !
Devis immédiat
Voir ce logiciel

Iterop

Iterop
BPM facile à utiliser, SaaS et 100% français
Planifier une démo
Voir ce logiciel

PostFiles

PostFiles
Solution leader de partage et de synchronisation de fichiers
Demander une démo
Voir ce logiciel

Commentaires

Portrait de Guincher

Excellent article, très clair

5
J'ai testé Qonto et N26... et j'ai regretté d'avoir testé Qonto... N26 ce sont des allemands carrés et serviables. Vive l'Europe !
Commenter cet article

Ajouter un commentaire