Lara Rouyrès, VP France Digitale : l’I.A. destructrice de Business Models ?

Lara Rouyrès, VP France Digitale : l’I.A. destructrice de Business Models ?

Lors du France Digitale Day 2018, Lara Rouyrès, CEO de Visualbot.ai., Vice-Présidente de France Digitale et intervenante à l’événement, s’est prêtée au jeu de l’interview disruptive en vidéo : découvrez son ressenti et le prolongement de son intervention …

Suggestion de logiciels pour vous

Agipaie

Agipaie
Externalisation de la paie et logiciel RH en ligne
Tester gratuitement
Voir ce logiciel

Gemalto Sentinel

Gemalto Sentinel
Gestion des licences et droits d'utilisation de logiciels
Voir le site
Voir ce logiciel

BeBackup

BeBackup
Logiciel de sauvegarde Cloud Client/Serveur
Essayer gratuitement
Voir ce logiciel

L’interview disruptive de Lara Rouyrès en vidéo

Vous avez dit I.A. ?

La rentrée numérique française a lieu le 25 septembre lors du France Digitale Day. Tout l'écosystème Tech européen était réuni pour concrétiser l’ambition de l'hexagone de faire de la France le Hub des start-ups européennes.

Tous les thèmes du moment ont été abordés en passant de la Blockchain, à Tech for good, aux avancées en med Tech et bien évidemment en Intelligence artificielle.

À cette occasion, j’ai eu le plaisir d’animer une table ronde avec Alexandre Viros, DG de Ouisncf et d’Emmanuel Straschnov, fondateur de Bubble. Le thème : Comment l’intelligence artificielle bouleverse ou va bouleverser les modèles économiques traditionnels.

Il est annoncé que l’Intelligence Artificielle va transformer en profondeur les entreprises, leur modèle économique, leur façon d’opérer. Certes, c’est une réalité.

Mais quand on parle d’intelligence artificielle, il est important de ne pas confondre les nouvelles techniques de machine learning qui perçoit l’environnement, l’analyse, prend des décisions et apprend (ie. AI), avec une évolution plus ancienne de l’économie, la robotisation et l’automatisation des tâches qui répondent à des programmes informatiques qui ne laissent pas de liberté à la machine.

L’intelligence artificielle doit être interprétée comme une nouvelle solution pour automatiser des tâches sophistiquées, plus complexes et ainsi se comporter “intelligemment” dans un environnement complexe comme c’est le cas avec la reconnaissance d’images médicales, la compréhension de contrats légaux ou encore la compréhension du langage naturel.

2 exemples où l’I.A. rend service au plus grand nombre 

C’est dans ce contexte qu’Emmanuel nous a présenté Bubble, sa start-up new-yorkaise, qui permet via une simple interface de rendre accessible le code au plus grand nombre (et notamment à des profils qui ne maîtrisent aucun langage scientifique) en permettant de se concentrer sur l’important : développer le computing thinking afin de rendre l’évolution des technologies à laquelle nous assistons compréhensible par le plus grand nombre.

Si Bubble ne repose pas aujourd’hui sur de la pure intelligence artificielle, on peut déjà constater que la start-up modifie déjà la façon dont seront produites les prochaines solutions technologiques et les ressources désormais nécessaires pour faire émerger des produits technologiques.

Sur une autre perspective, Alexandre Viros nous a généreusement parlé de la stratégie de Ouisncf en matière d’intelligence artificielle associée aux problématiques de mobilité.

Le pari est ambitieux : “faire de la mobilité un service" notamment grâce à un assistant personnel de mobilité - disponible au printemps 2019 - disponible 24 heures sur 24, qui prendra en compte les déplacements à faire, et les combinera avec toutes les offres disponibles sur le marché, quel que soit le mode de transport.

L’objectif ? Utiliser l’intelligence artificielle pour déterminer le meilleur itinéraire en combinant les différents mode de transport, l’état du réseau, et le trafic.

Si l’idée n’est pas de détruire le business model ancestral de la SNCF pour se transformer en un Google de la mobilité, on peut légitimement constater que les avancées en Intelligence artificielle offrent un nouveau terrain de jeu à la SNCF. La vision pour les années à venir ? Faire de la SNCF une entreprise de plates-formes et un groupe industriel.

Comment appréhender l’intelligence artificielle ?

Il est indispensable de s’intéresser à ces sujets et anticiper comment l’Intelligence artificielle va transformer ses propres activités.

C’est en démarrant un projet qui fait appel aux avancées en IA que les sociétés peuvent commencer à appréhender le sujet, à comprendre les données qu’il faut pour nourrir les IA. Bref, mettre le doigt dans la prise et prendre la température.

Certes, les avancées en IA peuvent être complexes à appréhender, mais il est urgent de s’y confronter pour se nourrir des ces expériences pour mieux anticiper le futur.

Une façon de mettre le pied dans ces sujets est de commencer par monter un projet qui repose sur de l’IA accessible comme la compréhension automatique du langage naturel.

Comprendre automatiquement avec peu d’intervention humaine les demandes entrantes des clients d’une enseigne ou d’un distributeur ou d’une marque permet d’apporter une réponse 24/24 dans plusieurs langues aux problématiques que rencontrent les clients.

Indispensable en 2018 pour offrir une expérience sans couture et s’adapter aux nouveaux usages des consommateurs qui ne cherchent plus par eux-mêmes, mais qui demandent.

3 conseils aux entreprises pour ne pas se faire disrupter :

  1. Externaliser à des experts les sujets complexes quand bien même l’innovation à externaliser est au coeur de votre business. Externaliser c’est tester plus rapidement. Externaliser c’est leverager le savoir-faire d’experts qui sont à 100% focus sur la problématique en question. Externaliser c’est limiter les risques financiers ;
  2. Recruter en interne des talents, des anciens entrepreneurs qui sauront être agiles, qui sauront prendre des risques, qui vous apporteront une méthodologie différente et un rythme différent ;
  3. Ne pas hésiter à casser ce qui ne marche pas ou ne marchera bientôt plus pour repartir de 0 et tester de nouvelles choses.

 

En savoir plus sur Lara Rouyrès :

Lara est Co-CEO et co-fondatrice de Selectionnist / Visualbot.ai et VP France Digitale. Lara a monté sa 1ère start-up Dealissime en 2011 qui a été cédée à un groupe américain LivingSocial (Amazon) en 2011. En 2014, Lara lance Selectionnist, une start-up spécialisée en reconnaissance d’image dans le monde des médias.

En 2017, Lara lance Visualbot.ai, une technologie de marketing et commerce conversationnel spécialisé pour les retailers, e-commerçants et marques. Lara est Board Member et Vice-Présidente de France Digitale et a été membre du Conseil National du Numérique entre 2013 et 2016. À côté de ses engagements vis-à-vis de l’éco-système, Lara est business angel et mentor de start-ups via des accélérateurs comme Sap.io Foundry.

Article invité rédigé Lara Rouyrès. Les contributeurs experts sont des auteurs indépendants de la rédaction d’appvizer. Leurs propos et positions leurs sont personnels.


Retrouvez d’autres témoignages d'experts sur le France Digitale Day : lisez les articles indiqués ci-dessous !

Suggestion de logiciels pour vous

Beemo Data Safe Restore

Beemo Data Safe Restore
Sauvegarde complète et 100% conforme RGPD pour TPE-PME
Démarrez votre essai
Voir ce logiciel

Asana

Asana
Gestion de projets, tâches, et travail en équipe
Essayer gratuitement
Voir ce logiciel

Expensya

Expensya
Le logiciel de gestion des notes de frais de demain !
30 jours d'Essai Gratuit
Voir ce logiciel
Commenter cet article

Ajouter un commentaire