Le bilan comptable : définition et mode d’emploi [+ exemple de bilan]

Le bilan comptable : définition et mode d’emploi  [+ exemple de bilan]

Le bilan comptable fait partie des éléments de la liasse fiscale que toute entreprise soumise à l’IS (impôt sur les sociétés) doit fournir. Cet outil de mesure, qui prend la forme d’un tableau à deux colonnes, reflète la situation globale du patrimoine d’une entreprise à un moment donné, avec la présentation en deux parties distinctes des biens et droits (l’actif) de l’entreprise d’un côté, et de ses dettes et capitaux (le passif) de l’autre côté.

Quel est l’objectif du bilan comptable ? Comment se présente-t-il et comment le lire ? Nous répondons à ces questions et passons en revue les éléments qui le composent afin de mieux le comprendre, et finalement vous aider à pratiquer la comptabilité avec rigueur

Sommaire

Qu’est-ce qu’un bilan comptable ?

Avant tout : comptabilité générale et principes comptables

La comptabilité générale

La comptabilité générale, qui nous intéresse ici, se distingue de la comptabilité analytique. Obligatoire, la comptabilité générale doit être tenue par une entreprise avec un double rôle : outil d’information et conformité aux obligations juridiques. Elle sert à répertorier tous les flux financiers, qui prennent la forme de rentrées d’argent ou de dépenses (économiques ou matérielles), sur une période annuelle (l’exercice comptable).

La comptabilité générale offre une vision concrète de l’évolution de la valeur d’une entreprise et permet de produire à la fin de chaque exercice deux documents essentiels : le bilan et le compte de résultat.

La comptabilité analytique a, quant à elle, un but stratégique. Outil d’analyse, elle offre des renseignements sur des intervalles de temps plus rapprochés et permet aux gestionnaires de prendre des décisions éclairées.

Les principes comptables à comprendre

En plus d’une bonne connaissance du plan comptable général de l’entreprise, comprendre les spécificités du bilan comptable en tant que document comptable nécessite de maîtriser trois mécaniques :

  • le débit / le crédit ;
  • les charges / les produits ;
  • l’actif / le passif.

Les normes de la comptabilité générale

L’expert-comptable doit respecter des conventions d’écriture qui font partie d’un ensemble de normes comptables définies par le Code du commerce. Ils doivent distinguer trois types de comptes :

  • les comptes de base, aussi appelés comptes « en T ». On parle de comptabilité en partie double : avec une colonne débit à gauche et une colonne crédit à droite.
  • le compte de résultat, qui regroupe une partie des comptes de base et sert à définir le résultat d’un exercice comptable. On y trouve les charges à gauche et les produits à droite.
  • le compte de bilan, aussi appelé bilan comptable, que nous vous proposons de définir plus en détail ci-dessous.

Le bilan comptable : définition

Le bilan comptable est un tableau, figurant dans les comptes annuels d’une entreprise, qui regroupe également certains comptes de base. Il reflète la situation patrimoniale d’une entreprise à un instant donné, avec ses avoirs et ses dettes. Ce qu’on entend par « patrimoine » d’une organisation correspond à ce qu’elle détient, auquel on a retiré ce qu’elle doit.

Le bilan est composé de deux parties :

  • d’un côté, son actif, soit ce qu’elle possède (colonne de gauche) ;
  • de l’autre côté, son passif, autrement dit ce qu’elle doit (colonne de droite).

En règle générale, le bilan est établi pour la clôture des comptes de l’entreprise ou lors d’une situation intermédiaire.

Zoom sur l’actif et le passif

Qu’est-ce qui figure à l’actif et au passif dans le bilan comptable ? Explications en un tableau synthétique :

Actif et passif dans un bilan comptable

ACTIF : 
tout ce que l’entreprise possède à la date à laquelle le bilan est émis,
du plus stable au plus liquide
PASSIF :
tout ce que l’entreprise doit à la date à laquelle le bilan est produit,
du moins exigible au plus exigible
 Valeur économique positive  Valeur économique négative

 Actif à long terme (immobilisé) : locaux, machines, véhicules, sites internet, fonds de commerce, outils informatiques, logiciels, etc.  → possessions de l’entreprise qui restent dans la durée

 Passif à long terme : fonds apportés par les acteurs de l’entreprise (actionnaires, associés avec le capital social ou les résultats de l’entreprise), capitaux, emprunts → vocation à rester sur le long terme
 Actif à court terme (circulant) : stocks, créances clients, etc. → possessions de l’entreprise qui ne restent pas durablement

 Passif à court terme : dettes fournisseurs, autres dettes (État, organisations sociales, institutions bancaires, etc.) → vocation à être restitué sur le court terme

 Disponibilités : liquidités dont dispose l’entreprise immédiatement (dans son compte en banque, dans sa caisse, etc.)

 

Et le total du bilan ?

La balance doit toujours être équilibrée sur le bilan, c’est-à-dire que le bilan de l’actif doit toujours être strictement égal au bilan du passif.

Pourquoi ? Qu’il y ait un bénéfice ou une perte, les deux montants à renseigner doivent être identiques : l’un transcrit l’origine de l’argent entrant et l’autre indique à quoi est destiné cet argent.

Si les liquidités du passif excèdent celles de l’actif, l’entreprise est en cessation de paiement.

Si nous prenons le cas de l’entreprise qui réalise un bénéfice : le niveau de son actif augmente, car elle possède plus et, dans le même temps, elle accroît le niveau de son passif ; comme le bénéfice réalisé devient une dette envers ses associés (le capital social), mécaniquement, elle doit plus.

De la même manière, un prêt bancaire à court terme permet à l’entreprise d’obtenir de l’actif circulant (sous forme de liquidités disponibles) et la même somme figure également au rang des dettes, car l’entreprise sera tenue de la rembourser.

Quelle différence entre bilan comptable et compte de résultat ?

Le compte de résultat, tout comme le bilan comptable, est un ensemble d’éléments présentés obligatoirement dans les comptes annuels (liasse fiscale d’une entreprise).

Le bilan comptable offre un aperçu du patrimoine de l’entreprise, tandis que le compte de résultat présente son modèle économique et inclut ses différentes charges ainsi que son chiffre d’affaires.

Comment lire un bilan comptable ?

En pratique, le tableau se lit de haut en bas. Les éléments (ou « postes ») du bilan sont rangés :

  • pour l’actif (colonne de gauche), par ordre de liquidité ;
  • pour le passif (colonne de droite), par ordre d’exigibilité.

Pour illustrer, voici des exemples de l’actif et du passif d’un bilan comptable, d’après Compta-Facile, avec des explications pour une meilleure lisibilité de ses catégories :

bilan-comptable_exemple-dactif-de-bilan-comptable_compta-facile

bilan-comptable_exemple-de_passif-de-bilan-comptable_compta-facile

© Compta-Facile.fr

D’autres éléments clés et indicateurs du bilan comptable peuvent être exploités afin d’analyser la situation financière de l’entreprise.

L’équilibre financier

Le vis-à-vis des colonnes a pour objectif de faire correspondre les horizons de temps. L’idée est de financer du passif court terme par de l’actif court terme et du passif long terme par de l’actif long terme. L’équilibre financier est alors atteint.

Les indicateurs clés

La lecture du bilan comptable permet d’obtenir trois ratios clés :

  • le BFR : besoin en fonds de roulement. Il concerne le bas de bilan comptable, en posant la soustraction : actif court terme - passif court terme ;
  • le FR : fonds de roulement. Il concerne le haut de bilan comptable et correspond à la soustraction : actif long terme - passif long terme ;
  • la TN : trésorerie nette. Elle sert de variable d’ajustement et correspond à la soustraction : FR - BFR.

Les ratios financiers

D’autres ratios peuvent être établis sur la base du bilan comptable, notamment :

  • le taux d’endettement : en divisant l’endettement net par les capitaux propres ;
  • la capacité d’endettement : obtenue en soustrayant les dettes financières aux capitaux propres ;
  • le taux de solvabilité : qui divise les capitaux propres par les dettes financières ;
  • le taux de croissance externe : égale à la division des immobilisations financières par le total des immobilisations, etc.

Le bilan comptable comme outil d’analyse

Qui est concerné ?

  • le chef d’entreprise ou la direction d’une société, pour vérifier les équilibres financiers ;
  • le repreneur éventuel d’une entreprise, pour acquérir une idée de la puissance financière d’une entreprise et projeter une vision de son avenir ;
  • les organismes de financement, pour évaluer la structure financière d’une entreprise.

Le pilotage de l’activité

Au quotidien, connaître certains des ratios présentés plus haut est précieux. Si la trésorerie est le nerf de la guerre, c’est parce qu’elle est la première cause de faillite pour les entreprises. Il se peut que vous ayez des clients, un fort potentiel de croissance, mais sans trésorerie, vous ne pourrez pas payer vos charges (à commencer par les charges sociales, qui n’attendent pas…).

Si la banque vous refuse une rallonge de crédit, c’est la fin. Sur quoi une banque se base-t-elle ? Sur vos ratios, notamment ceux d’endettement et de remboursement. Autant d’éléments issus de votre bilan comptable que vous connaissez et pouvez analyser pour parer à ce type de surprise.

L’anticipation

Selon vos problématiques du moment ou le développement de votre activité, tel ou tel ratio prendra plus de relief dans l’analyse. À la clôture d’un exercice, la courbe générale vous montre une évolution dans le temps.

Mieux comprendre le chemin parcouru, c’est mieux augurer de la suite. Si votre projet est de reprendre une entreprise, la lecture de son bilan comptable est cruciale pour aider votre prise de décision. Elle vous éclaire sur le potentiel de la structure, en détaillant « ses casseroles » au vu de son potentiel.

Comment faire un bilan comptable ?

Structurez et équilibrez votre bilan comptable

Entrons dans le vif du sujet et voyons comment organiser les éléments de votre bilan.

Le classement vertical des postes du bilan comptable se fait :

  • selon leur fonction au sein de l’activité ;
  • par ordre croissant de liquidité à gauche : le moins liquide en haut (immobilisations ou actifs immobilisés), le plus liquide en bas (créances, stocks et en-cours) ;
  • par ordre croissant d’exigibilité à droite : le moins exigible en haut (capitaux propres), le plus exigible en bas (dettes).

La règle de base est la suivante : « actif égal passif ».

Comme nous l’avons évoqué précédemment, la balance est équilibrée. Si elle ne l’est pas, c’est qu’il y a une erreur dans l’élaboration comptable du document, qu’il s’agit d’identifier et de corriger.

Partez d’une trame

Au-delà de l’aspect réglementaire, le bilan comptable est un outil de décision stratégique dans la vie d’une entreprise. Pour obtenir un exemple concret, vous pouvez utiliser le modèle PDF à télécharger sur le site de la Direction générale des finances publiques impôts.gouv.fr. Ce formulaire complet mis à disposition des entreprises comprend également le compte de résultat.

Si vous recherchez plus de simplicité et une utilisation immédiate, vous pouvez vous servir de notre exemple de bilan téléchargeable au format Excel.

Pour construire votre bilan comptable, Excel peut constituer une bonne base pour un début. Mais, quand l’activité croît, le paramétrage sous Excel devient vite laborieux. Il faut tout modifier manuellement, surveiller l’actualisation des liens... Or le temps passé sur ces tâches est du temps en moins pour votre activité. Mais si vous cessez de suivre vos indicateurs, vous risquez d’avoir une mauvaise surprise une fois la situation devenue critique. Comment s’en sortir ?

Utilisez un outil adapté

Vous faites votre comptabilité vous-même ? Différents logiciels sont à votre disposition, adaptés à la compta des entrepreneurs et des petites entreprises en la rendant très accessible.

On peut citer QuickBooks, YourCegidZefyr ou encore Fizen. L’important est de trouver la solution qui professionnalisera la gestion de votre comptabilité tout en vous soulageant côté opérationnel. Conçus spécialement pour vous simplifier la tâche, ils ne requièrent aucune connaissance pointue en matière de comptabilité.

Faites appel à un expert-comptable en ligne

Si vous rencontrez des difficultés, vous avez le choix d’automatiser votre comptabilité, mais aussi d’aller plus loin, en communiquant avec des experts, tout cela au sein d’un même outil. En effet, un expert-comptable en ligne, tel que Wity, peut vous rendre la tâche plus facile en vous offrant un espace en mode SaaS, qui vous est réservé. Un expert-comptable dédié vous accompagne dans la gestion de votre comptabilité et le pilotage de votre activité.

Bien s’équiper et s’entourer, c’est tout ce qui compte !

Le bilan comptable est un document capital. Rétrospectif, il permet de jauger le chemin parcouru pour évaluer l’avenir. Il sert de base à l’évaluation de la situation globale et de la santé financière d’une entreprise, tout en donnant des éléments clés nécessaires pour le pilotage de son activité.

Savoir l’élaborer et en faire une lecture pertinente est crucial dans le déploiement d’une stratégie d’entreprise. L’essentiel est de comprendre les bases de son fonctionnement et les usages auxquels il se destine. Pour vous alléger encore plus votre travail, vous pouvez tirer le meilleur parti d’une expertise spécialisée et avoir recours aux outils adaptés.

 Alors, le bilan comptable, est-ce toujours aussi sorcier que cela pour vous ?

Article mis à jour, publié initialement en avril 2017.

Commenter cet article

Ajouter un commentaire