Immobilisations : définition, comment les distinguer et les comptabiliser !

Qu’est-ce qu’une immobilisation et comment l’enregistrer dans votre comptabilité ?

Qu’est-ce qu’une immobilisation et comment l’enregistrer dans votre comptabilité ?

Vous gérez la comptabilité de votre entreprise et souhaitez connaître la définition d’une immobilisation ?

Parmi les écritures comptables, les immobilisations ont des spécificités qu’il convient de connaître, afin de les enregistrer au plus juste dans votre comptabilité.

Pour comprendre ces lignes de votre bilan comptable, apprenez à faire la distinction entre une immobilisation corporelle ou incorporelle, sans oublier l’immobilisation financière, et découvrez comment les comptabiliser.

Suggestion de logiciels pour vous

Clémentine

Clémentine
Expert comptable en ligne - Pour Entrepreneur TPE/PME
14 jours d'essai
Voir ce logiciel

Georges le robot comptable

Georges le robot comptable
La comptabilité automatisée pour les indépendants
15 jours d'essai gratuit
Voir ce logiciel

Sellsy Comptabilité

Sellsy Comptabilité
Automatisez la saisie comptable & surveillez la trésorerie
Démarrer avec Sellsy
Voir ce logiciel

Définition : immobilisation

Qu’est-ce que les immobilisations en comptabilité ?

Une immobilisation est un actif à long terme, c’est-à-dire un bien détenu par l’entreprise pour une durée supérieure à celle d’un exercice comptable.

Concrètement, dès sa création, une entreprise engage des dépenses afin d’acquérir des biens qui constituent son patrimoine. Ces actifs sont dits « immobilisés » lorsqu’ils ont vocation à être utilisés par l’entreprise et à créer de la valeur sur le long terme.

On retrouve les immobilisations en haut du bilan comptable, document qui rend compte de la situation patrimoniale de la société, dans la partie « Actif ».

Les différents types d’immobilisations

Les immobilisations incorporelles

Les immobilisations incorporelles sont des actifs non matériels. Elles représentent une valeur économique positive pour l’entreprise qui les détient et qui peut les exploiter pour sa propre activité ou pour le compte d’une autre.

▶︎ Exemples d’immobilisations incorporelles :

  • fonds de commerce,
  • brevets,
  • logiciels,
  • marques,
  • sites internet,
  • frais de recherche & développement, etc.

Les immobilisations corporelles

Les immobilisations corporelles sont des actifs physiques, et donc tangibles. Elles sont destinées à une utilisation pérenne par l’entreprise : soit pour la production nécessaire à son activité, soit pour la fourniture de biens ou de services, soit pour la location à des tiers.

▶︎ Exemples d’immobilisations corporelles :

  • matériel informatique,
  • véhicules,
  • matériel industriel et machines,
  • mobilier,
  • terrains,
  • constructions,
  • locaux, etc.

Les immobilisations financières

Les immobilisations concernent des actifs monétaires, qui ont vocation à rester dans l’entreprise durablement.

▶︎ Exemples d’immobilisations financières :

  • titres de participation d’autres sociétés,
  • actions,
  • cautions,
  • prêts accordés à des tiers, etc.

Comptabilisation d’une immobilisation

Immobilisation ou charge : quelle différence ?

Il convient avant tout de distinguer une immobilisation d’une charge, car la manière dont elles sont comptabilisées a une incidence sur le résultat de l’exercice.

Les immobilisations contribuent directement à la valeur du patrimoine de l’entreprise et sont destinées à produire de la valeur au-delà de la durée d’un exercice comptable.

Les charges, de leur côté, n’apportent pas de valeur au patrimoine de l’entreprise. Contrairement aux immobilisations, leur utilisation est à court terme : elles sont consommées pour l’activité de l’entreprise pendant l’exercice comptable.

Reconnaître les dépenses à immobiliser

Pour savoir si vos dépenses sont à comptabiliser comme des immobilisations, assurez-vous qu’elles répondent aux critères suivants :

  1. leur caractère identifiable : tout actif immobilisé doit être un élément identifiable du patrimoine ;
     
  2. leur valeur : pour qu’un bien soit comptabilisé comme une immobilisation, vérifiez qu’il a une valeur économique positive ;
     
  3. leur caractère durable : demandez-vous si le bien est voué à rester dans l’entreprise et à apporter des avantages économiques futurs. Ce bien devra générer de la valeur sur plusieurs exercices comptables et ne sera pas destiné à être utilisé ni revendu sur le court terme ;
     
  4. leur montant : comme l’immobilisation s’apparente à un investissement conséquent pour lequel on attend un certain ROI, les montants relativement faibles ne sont pas à comptabiliser en actifs. Si le plan comptable général (PCG) ne précise aucun montant minimum pour une immobilisation, dans la pratique, leur valeur d’acquisition est généralement supérieure à 500 euros. S’ils sont inférieurs, ils peuvent être comptabilisés en charges.
     

ℹ️ Quid de l’amortissement d’une immobilisation ?

Qu’il s’agisse d’immobilisations corporelles ou incorporelles, leur valeur décroît au fur et à mesure qu’elles sont utilisées. Pour enregistrer cette perte de valeur graduelle, les actifs immobilisés (sauf les immobilisations financières) peuvent faire l’objet d’un amortissement sur plusieurs exercices comptables.

Ils doivent pour cela être reportés au bilan dans les colonnes suivantes :

  • le montant brut,
  • le montant des amortissements cumulés,
  • le montant net.

Complétez vos connaissances sur les écritures comptables :

Suggestion de logiciels pour vous

QuickBooks

QuickBooks
Logiciel de gestion pour petites entreprises n°1 mondial
Offre exclusive -50%
Voir ce logiciel

Cogilog Compta

Cogilog Compta
Le logiciel de comptabilité de référence pour Mac
Découvrir la solution
Voir ce logiciel

Sage 50cloud Ciel

Sage 50cloud Ciel
Gestion comptable et commerciale pour TPE & artisans
Test gratuit sur 30 jours
Voir ce logiciel
Commenter cet article

Ajouter un commentaire