La méthode agile : vos projets en toute agilité !

par Axelle Drack. Article mis à jour le 8 février 2021, publié initialement en octobre 2020
La méthode agile : vos projets en toute agilité !

Qu’est-ce qu’une méthode agile?

Cette méthode de gestion de projet est de plus en plus utilisée par les entreprises pour le développement logiciel, et parfois pour d’autres types de projets.

Si les mots Scrum, Lean, sprint, méthode Kanban ou product owner sont des notions aussi floues que des caractères chinois, rassurez-vous : à la fin de l’article, vous saurez qu’est-ce qu’une méthode agile et comment cela fonctionne.

Nous développerons un peu plus la méthode agile Scrum qui est la plus populaire, et vous présenterons quelques outils indipensables.

Levez les barrières et passez à l’agile !

Qu’est-ce que la gestion de projet agile ?

La gestion de projet agile est une approche qui découpe un projet en différents sous-projets indépendants, appelés itérations, qui vont être répétées jusqu’à atteindre le résultat espéré.

Fonctionnement

Le meilleur moyen d’appréhender les besoins des utilisateurs et du client est de permettre à ces derniers de tester le produit au fur et à mesure, en situation réelle.

On évite ainsi l’effet tunnel, mentionné plus tôt dans cet article, et on réduit le délai entre la formulation d’un besoin et sa concrétisation. Le produit est enrichi au fur et à mesure et sa conformité est vérifiée régulièrement.

Un produit réussi est celui qui correspond le mieux aux besoins des utilisateurs.

Les changements doivent être considérés comme des opportunités plutôt que des obstacles. En effet, de nouvelles idées peuvent émerger et apporter des fonctionnalités au produit non planifiées initialement, et ainsi créer de la valeur.

La communication claire et régulière reste la clé en rassemblant tous les acteurs, sans intermédiaire. L’interaction est cruciale au quotidien pour tendre vers un objectif clair orienté « produit ».

L’idée n’est pas d’élaborer un plan parfaitement détaillé du projet avant même son lancement, mais de tester les pratiques et les techniques efficientes pour un projet unique. Grâce aux itérations, l’équipe remet régulièrement en cause sa façon de travailler et se fonde sur une approche empirique pour optimiser son efficacité.

Il est ainsi permis de conserver les méthodes « gagnantes » ou de rejeter les moins efficaces, toujours dans l’optique d’améliorer le processus de réalisation global. L’expérience venant avec la pratique, on peut lancer plus tôt le projet et perdre moins de temps à le planifier.

Gestion de projet agile vs gestion de projet traditionnelle

L’agile s’oppose à aux méthodologies classiques de gestion de projet de type cascade (waterfall) comme le cycle en V. Linéaires et prédictives, elles laissent peu de place aux imprévus et aux changements.

À une époque, elles ont provoqué un taux d’échec des projets informatiques particulièrement élevé, dû à l’effet tunnel. Le produit étant livré à la fin, on se rendait parfois compte trop tard que le produit ne répond pas (ou plus) totalement aux attentes à cause du manque de visibilité et de flexibilité, pouvant engendrer des retards de livraison ou des dépassements de budget.

La gestion de projet agile répond à ce problème, car permet non seulement de prendre en compte les besoins initialement exprimés, mais également les changements ou les nouveaux besoins en cours de développement. On s’assure ainsi que le produit répond toujours aux attentes.

Le Manifeste Agile

En 2001, 17 professionnels du développement logiciel se réunissent pour mutualiser et formaliser leurs bonnes pratiques. Ils rédigent alors le Manifeste Agile, ou Agile Manifesto en anglais.

L’objectif de cette bible de l’agilité ? Encourager l’amélioration du développement de logiciels en s’appuyant sur quatre valeurs :

Nous privilégions…✅plutôt que…❌
les individus et leurs interactionsles processus et les outils
des logiciels opérationnelsune documentation complète
la collaboration avec les clientsla négociation contractuelle
l’adaptation au changementle suivi rigide d’un plan

Il en ressort 12 principes que les équipes agiles adoptent dans leurs méthodes de travail :

  1. la satisfaction client, la grande priorité ;
  2. une ouverture aux demandes et aux changements, qui donnent de la valeur au projet ;
  3. des livraisons fréquentes reposant sur des cycles courts ;
  4. une coopération étroite, voire la co-construction, avec les utilisateurs ;
  5. un cadre de travail motivant qui favorise l’autonomie des parties prenantes ;
  6. les communications en face à face sont privilégiées, car plus riches et plus efficaces ;
  7. des livraisons d’éléments opérationnels uniquement
  8. un rythme soutenable et constant adapté aux acteurs du projet ;
  9. une qualité technique de l’équipe pour s’adapter en permanence ;
  10. de la simplicité, en allant à l’essentiel et en minimisant tout travail inutile ;
  11. une équipe autonome, qui s’organise elle-même pour une meilleure performance ;
  12. une adaptation régulière des méthodes, processus et outils, pour gagner en efficacité.

Exemple concret d’application de la méthode agile

Prenons l’exemple d’un projet qui doit répondre à un besoin précis : se déplacer.

En utilisant une méthode de gestion de projet classique, on construit chaque élément d’une voiture l’un à la suite de l’autre : les roues, puis la carrosserie, le moteur, les phares, le volant, etc. Seuls, ces éléments ne permettent pas de remplir le besoin initial qui est de se déplacer, et il faudra attendre qu’ils soient tous construits et assemblés.

Avec une gestion de projet agile, l’idée est de proposer rapidement une première version très minimaliste (produit minimum viable ou MVP) qui réponde au besoin principal, et de l’améliorer au fil des itérations. Comme le montre le schéma ci-dessous, la première version ne ressemble pas à une voiture, mais plutôt à un skateboard. 

L’idée ensuite est de profiter de retours clients rapides sur cette première version et d’améliorer le produit à chaque itération pour arriver au résultat final de la voiture.

méthode agile

Avantages de la méthode agile

La gestion de projet agile :

  • permet une grande souplesse : les imprévus sont mieux gérés et pris en compte, et vous êtes plus réactifs ;
  • construit des relations de confiance et de collaboration entre l’équipe et le client, grâce à la fréquence et la régularité des échanges ;
  • offre une visibilité en temps réel de l’avancement du projet, grâce à un contrôle qualité constant. Le client peut demander des ajustements tout au long du projet et vous êtes en mesure d’y répondre ;
  • donne une meilleure maîtrise des coûts. Après chaque étape, l’équipe fait le point sur le budget consommé pour arbitrer : poursuivre, suspendre ou annuler certaines tâches, voire le projet.

Scrum, la plus célèbre des méthodologies agiles

Scrum est la plus utilisée des méthodes agiles. Elle propose un cadre, ou framework, qui néanmoins permet une grande adaptabilité, même pour les projets complexes.

Modèle Scrum

Il définit notamment :

  • les rôles et leurs responsabilités, comme celui du Scrum Master ou de Product Owner,
  • des règles sur la durée cycles de développement (appelés sprints),
  • des réunions régulières et courtes appelées cérémonies,
  • un backlog qui contient toutes les fonctionnalités à développer,
  • différentes pratiques et outils agiles comme le planning poker, le tableau Kanban, ou le scrum board.

👉  Pour en savoir plus, découvrez notre article dédié à Scrum.

Voici les autres méthodes agiles parmi les plus utilisées :

  • Kanban, permet de suivre clairement et visuellement le projet grâce à un système de tableau et de post-it.
  • Extreme Programming (XP), qui doit son succès au fait de pousser les valeurs de l’agile à l’extrême, ce qui permet une grande flexibilité.
  • PRINCE2, cette méthode structurée est adaptée à tout type de projet, et mise sur l’anticipation des changements probables dans l’environnement.
  • Lean, dont l’objectif est de maximiser la qualité en évitant le gaspillage des ressources humaines, financières et temporelles.
  • Crystal Clear, qui se caractérise par un cadre très léger, mais une vision et des recommandations poussées.
  • Feature-Driven Development (FDD), qui accorde du temps à la phase de conception, afin de limiter les risques d’avoir une idée éloignée du résultat final.
  • Dynamic System Development Method (DSDM), qui requiert une étude de faisabilité en amont, qui validera ou non le lancement du projet.

Les outils pour réussir votre gestion de projet agile

Le logiciel de gestion de projet et de PPM CA Clarity PPM favorise une approche agile en intégrant notamment un tableau Kanban :

CA Clarity PPM

Outil agile de gestion de projet, iceScrum est idéal pour gérer toutes les composantes du framework Scrum : User Stories, features, priorisation du backlog, etc. avec un cadre de travail structuré et collaboratif.

icescrum_gestion-du-backlog

La plateforme collaborative monday.com est parfaitement adaptée à l’agilité, notamment grâce à des fonctionnalités de gestion des rôles Scrum, du backlog et une vue Kanban.

monday

De même, le logiciel Planview s’utilise très bien à l’appui de la méthode Scrum, car il intègre nativement des outils tels que Kanban ou encore Backlog items.

planview

Enfin, compatible avec toutes les méthodes de gestion de projet, le logiciel Sciforma sera également un allié pour planifier et gérer vos projets selon les méthodologies agiles, grâce à sa rapidité de configuration et sa capacité à évoluer avec vos projets.

sciforma

En route vers l’agilité

Le défi principal, au cœur de l’agilité, est de livrer de la valeur le plus tôt possible pour satisfaire le client dans un environnement qui tend à se complexifier (concurrence, incertitude des évolutions du marché, etc.).

Finalement, l’agile permet de créer et de livrer un produit de qualité et à grande valeur ajoutée, tout en s’adaptant aux changements de son environnement.

Pour cela, des principes et des valeurs doivent guider toute conduite de projet agile, et des logiciels facilitant le travail collaboratif, comme nous l’avons évoqué, peuvent être des atouts majeurs.

Vous le savez déjà, mais il faudra s’assurer que les collaborateurs concernés soient bien formés (ou recruter les personnes ayant les compétences), et opérer une conduite du changement afin que l’agilité fasse partie intégrante de la culture d’entreprise.

Et vous, avez-vous adopté la culture de l’agile dans votre organisation et, si oui, quels sont vos retours d’expérience ? Si non, quels sont vos freins ?

Article mis à jour, publié initialement en mai 2019.