Comment faire un rétroplanning ? Méthode pas à pas et modèle

par Jennifer Montérémal, le 01/02/2021
Comment faire un rétroplanning ? Méthode pas à pas et modèle

Pourquoi utiliser un rétroplanning en gestion de projet ?

Comme son nom le laisse entendre, ce planning se construit « à l’envers », à partir d’une échéance précise. Pratique pour planifier des projets dont la date de livraison est non négociable !

Et ce n’est pas le seul atout que présente cette méthode. Découvrez la définition et les autres avantages du rétroplanning, ainsi que les étapes à suivre pour le construire efficacement.

[Bonus] Vous recherchez un modèle ? Téléchargez gratuitement notre rétroplanning sur Excel en fin d’article !

Rétroplanning : définition

Qu’est-ce qu’un rétroplanning ?

Le rétroplanning, ou backward planning en anglais, est un document élaboré au moment du planning d’un projet. D’apparence semblable à un planning classique, de par sa structure axée autour de tâches et de jalons (milestones), il diffère dans sa construction : le rétroplanning se conçoit à partir d’une date de fin. Il s’agit donc d’un système de planification inversée.

💡 Rétroplanning et événementiel vont souvent de pair. En effet, les professionnels du secteur sont soumis à des deadlines très strictes, la date d’une manifestation ne pouvant être reportée.

Rétroplanning et Gantt

Le rétroplanning peut se matérialiser sous la forme d’un diagramme de Gantt. Ce dernier sert à représenter de façon visuelle les différentes étapes composant un projet, ainsi que les dates de début et de fin de la réalisation de chaque tâche.

Exemple d’un diagramme de Gantt :

Rétroplanning et diagramme de Gantt

© ENSEEIHT

Pourquoi faire un rétroplanning ? Les avantages

  • Respecter les deadlines. Le rétroplanning constitue la meilleure manière d’honorer vos engagements en matière de délais. En partant de la fin et en fonctionnant à rebours, vous limitez les risques de retard.

  • S’assurer de la faisabilité d’un projet. Les deadlines imposées par votre client sont-elles réalistes ou pas ? Le backward planning vous permet de prendre la température suffisamment en amont pour réagir en cas d’objectif inatteignable.

  • Adapter la longueur des tâches en fonction du temps imparti. Vous anticipez, par exemple, la marge de manœuvre dont vous disposerez pour vous attarder davantage sur des opérations à forte valeur ajoutée. Vous identifiez également les livrables qui nécessiteront une réduction du temps de réalisation. La planification des tâches devient, en somme, beaucoup plus fine.

  • Déterminer avec précision la date de début d’un projet. Cette information permet notamment de savoir si vous avez la possibilité de commencer en avance, afin de bénéficier d’une marge de manœuvre en cas de problème.

  • Gérer au mieux les ressources. En obtenant une vision claire du temps imparti pour chaque tâche, vous calculez au plus juste les ressources nécessaires à sa bonne exécution, tout en restant dans les temps.

Comment faire un bon rétroplanning ? Les 4 étapes

Étape 1 : identifiez les différentes tâches à effectuer

Dans un premier temps, vous devez définir quelles seront les tâches et les étapes qui jalonneront votre projet.

Pour y voir plus clair et vous organiser au mieux, nous vous recommandons d’attribuer à chacune d’entre elles :

  • une lettre ou un numéro,
  • ainsi qu’un ou une responsable.

Par ailleurs, assurez-vous de n’omettre aucune opération. Notez donc tout ce qui se révèle indispensable à l’exécution de votre projet, même les actions les plus évidentes. En effet, le rétroplanning exige de la précision et le moindre oubli risque de compromettre son bon fonctionnement.

Enfin, il est conseillé de partir du plus gros et d’affiner par la suite. En d’autres termes, identifiez les tâches principales, puis les différentes tâches secondaires qui les composent.

💡 Pour ce faire, la méthode WBS est particulièrement adaptée. Elle consiste à découper le projet mère en plusieurs livrables, appelés tâches enfants. Celles-ci sont ensuite divisées en autant de sous-tâches qu’exige le niveau de granularité du projet. Le tout est matérialisé sous la forme d’un organigramme, ou encore d’une mindmap.

rétroplanning : méthode WBS

Étape 2 : estimez la durée de chaque tâche

Une fois l’ensemble des livrables ou tâches identifiés, il convient d’estimer avec le plus de précision possible la durée nécessaire à leur réalisation, afin de les positionner correctement dans le rétroplanning. Cette étape est cruciale, car nécessaire au respect des délais.

Pour y parvenir, nous vous recommandons de tirer parti des :

  • retours d’expérience des collaborateurs de l’équipe projet,
  • projets similaires précédemment effectués, afin de ne pas surévaluer ou sous-évaluer le temps nécessaire.

💡 Et si vous utilisiez la technique des 3 points ? En vous basant sur votre expérience, déterminez pour chaque tâche :

  • la durée optimiste, lorsque tout se déroule sans encombre, dans des conditions optimales ;
  • la durée pessimiste, quand le projet est réalisé dans les pires conditions ;
  • la durée probable, la plus en accord avec la réalité.

Procédez ensuite au calcul suivant pour obtenir le temps de réalisation de la tâche le plus juste :

(durée optimiste + durée pessimiste + (4 x durée probable)) / 6

Étape 3 : effectuez l’ordonnancement des tâches

L’ordonnancement des tâches est une technique permettant de déceler leurs interdépendances les unes avec les autres. En d’autres termes, telle action ne peut pas être démarrée si telle autre n’est pas achevée.

💡 Pensez au diagramme de PERT ! Celui-ci sert à organiser l’ensemble des tâches sous forme de réseau, et donc de révéler les interdépendances ainsi que les temps d’exécution.

Rétroplanning : diagramme de PERT

© Manager GO!

Étape 4 : construisez le rétroplanning

Il est temps désormais de construire votre rétroplanning.

Vous l’aurez compris, il vous suffit de partir de la fin, en positionnant sur votre calendrier la dernière tâche à effectuer, puis celle d’avant, et ainsi de suite.

Il se peut que vous n’ayez plus de place pour placer les premières actions à réaliser, signe que la date idéale de début de projet est dépassée. Dans ce cas, Il vous faut alors arbitrer pour :

  • revoir les priorités et les périmètres d’exécution,
  • ajuster les délais de réalisation,
  • ajouter des ressources.

💡 Conseil : si possible, prévoyez toujours une marge de manœuvre afin de pallier les éventuels problèmes ou imprévus !

Rétroplanning : modèle à télécharger

Vous vous demandez comment faire un rétroplanning sur Excel ?

Pour vous aider dans cette démarche, nous mettons à votre disposition un template de rétroplanning gratuit à télécharger, puis à compléter avec vos propres informations.

💡 Notez que vous pouvez aussi utiliser des rétroplanning en ligne grâce aux outils disponibles en mode SaaS. En effet, cette fonctionnalité est comprise dans de nombreux logiciels de gestion de projet.

Ça y est, vous connaissez tous les secrets du rétroplanning pour assurer le pilotage de vos projets comme un chef. Gardez toutefois à l’esprit qu’une bonne gestion de projet repose sur des outils, mais également sur la collaboration. Par conséquent, sollicitez vos équipes et travaillez ensemble sur la planification pour éviter une mauvaise estimation des temps d’exécution de telle ou telle tâche. Plus vous procédez avec finesse, plus vous maîtrisez vos délais… et donc votre projet !