Taux de fréquence et taux de gravité : comment calculer ces indicateurs des accidents du travail ?

Comment calculer et suivre le taux de fréquence des accidents du travail ?

Comment calculer et suivre le taux de fréquence des accidents du travail ?

Calculer et suivre le taux de fréquence permet aux entreprises de surveiller et piloter le risque professionnel, et de gérer l’absentéisme qui peut en découler.

Il est de l’obligation des entreprises, et particulièrement dans le secteur des industriel, d’assurer la santé et la sécurité au travail pour ses collaborateurs·trices, notamment en suivant le taux de fréquence des accidents du travail, mais également le taux de gravité de ces derniers.

Qu’est-ce que le taux de fréquence exactement ? Comment calculer le taux de fréquence des accidents de travail ? Découvrez cet indicateur et d’autres métriques pour mesurer le risque professionnel.

Suggestion de logiciels pour vous

QuickMS

QuickMS
Pilotage de la performance RH et de votre BDES
Essayer gratuitement
Voir ce logiciel

comet

comet
Trouvez le meilleur Freelance tech/data en moins de 48h
Démonstration gratuite
Voir ce logiciel

Shortways

Shortways
Assistant digital pour l'adoption logiciel (SIRH, ERP, CRM)
Demande de démo
Voir ce logiciel

Qu’est-ce que le taux de fréquence ?

Le taux de fréquence est un indicateur RH qui mesure le degré d’exposition des salariés au risque professionnel, en calculant le nombre d’accidents du travail ayant entraîné au moins un jour d’arrêt de travail par million d’heures travaillées.

Il permet aux entreprises d’estimer la fréquence des accidents sur le lieu de travail, afin de mieux prévenir les accidents professionnels et d’aider à la mise en place d’une stratégie de prévention des risques efficace.

Pourquoi utiliser le taux de fréquence ?

  • faire un état du degré d’exposition au risque professionnel,
  • suivre les évolutions de l’indicateur d’année en année pour mesurer l’efficacité des actions mises en place,
  • se comparer aux entreprises similaires et à la moyenne du secteur d’activité,
  • vérifier l’atteinte des objectifs fixés en matière de santé et sécurité au travail,
  • orienter la stratégie de prévention des risques et le plan d’action.

Les limites du taux de fréquence

Le taux de fréquence est-il réellement un indicateur suffisant pour mesurer la performance des mesures de santé et de sécurité au travail ?

Il semblerait qu’il ne renvoie pas une représentation fidèle de la réalité. Ne prendre en compte que cet indicateur peut fausser la vision de la maîtrise de la sécurité par une entreprise, car il :

  • base son analyse que sur les événements passés,
  • n’analyse pas les causes de l’accident,
  • ne prend pas en compte la gravité de l’accident,
  • n’inclut pas les petits accidents qui ne seraient pas déclarés.

👉 Il est donc utile de le compléter avec d’autres indicateurs afin de proposer une analyse plus fine, et orienter plus efficacement le plan d’action des mesures pour limiter les accidents professionnels.

Comment calculer le taux de fréquence des accidents du travail ?

Calcul du taux de fréquence

Le calcul prend en compte trois éléments :

  • le nombre d’accidents du travail ayant entraîné un arrêt d’au moins 24 h. Ce chiffre exclut de sa comptabilisation le jour de l’accident.
  • le nombre d’heures travaillées. Il correspond au nombre de salariés à temps plein multiplié par le nombre d’heures de travail sur une année.
  • un million d’heures. Pourquoi multiplier par un chiffre aussi élevé ? Car cela permet tout simplement d’obtenir des nombres ronds avec peu de chiffres après la virgule, plus faciles à retenir et à interpréter. On estime également qu’un million correspond au nombre d’heures travaillées à temps plein dans une vie, multiplié par 10.
Formule de calcul du taux de fréquence (TF1)

Nombre d'accidents du travail avec arrêt
/  Nombre d'heures travaillées
x 1 000 000

👉  Exemple calcul taux de fréquence accident du travail

Une entreprise de 10 salariés à temps plein 35 h / semaine.

  • 1 accident a entraîné un arrêt de travail sur l’année écoulée,
  • nombre d’heures travaillées : 10 salariés x (35 h x 47 semaines de travail) = 16 450.

Calcul : (1 / 16 450) x 1 000 000 = 60,79

☝️ Remarque : on peut également faire le calcul du taux de fréquence mensuel.

Autres modes de calcul du taux de fréquence

Si la formule la plus courante du taux de fréquence ne prend en compte que les accidents du travail ayant entraîné un arrêt, vous pouvez également le calculer de deux autres manières :

  • en comptabilisant tous les accidents du travail déclarés, même ceux n’ayant pas entraîné d’arrêt (taux de fréquence TF2),
  • en comptabilisant tous les accidents ayant fait l’objet d’une déclaration, ainsi que les accidents bénins (taux de fréquence TF3).

Un accident bénin est un accident de travail ne nécessitant ni soins médicaux, ni arrêt de travail.

Formule de calcul du taux de fréquence (TF2)

Nombre d'accidents déclarés
/  Nombre d'heures travaillées
x 1 000 000
Formule de calcul du taux de fréquence (TF3)

Nombre d'accidents déclarés + accidents bénins
/  Nombre d'heures travaillées
x 1 000 000

Calcul de l’indice de fréquence

Cet indicateur permet de calculer le nombre moyen d’arrêts de travail causés par un accident professionnel pour 1 000 collaborateurs.

Calcul de l'indice de fréquence

Nombre d'accidents du travail avec arrêt
/  Effectif moyen annuel (ETP)
x 1 000

Calculer la gravité des accidents

Qu’est-ce que le taux de gravité ? Le taux de gravité mesure la gravité d’un accident du travail : on considère que plus l’arrêt de travail est long, plus la gravité de l’accident est avérée.

Deux indicateurs permettent de compléter le taux de fréquence :

  • le taux de gravité,
  • et l’indice de gravité.

Le taux de gravité

Afin de la calculer, il faut prendre en compte le nombre de jours de travail perdus à cause de l’arrêt, comprenant les potentielles rechutes, et les jours d’arrêts glissants sur l’année N.

Calcul du taux de gravité (TG)

Nombre de jours de travail perdus
/  Nombre d'heures travaillées
x 1 000

L’indice de gravité

Si l’accident du travail entraîne un handicap au-delà de l’arrêt de travail, cet indicateur permet de le prendre en compte grâce au taux d’incapacité permanente.

Il est déterminé en consultation avec un médecin de l’Assurance Maladie si l’accident du travail subi a laissé des séquelles.

Calcul de l'indice de gravité (IG)

Total des taux d'incapacité permanente
/  Nombre d'heures travaillées
x 1 000 000

Calculez facilement le taux de fréquence avec un logiciel

Et si vous abandonniez vos multiples fichiers Excel remplis de formules compliquées, pour automatiser le calcul de vos indicateurs d’accidentologie et leur représentation graphique ?

Pour ce faire, rien de tel qu’un logiciel RH pour piloter plus facilement le risque professionnel, et être plus efficient dans la mise en place de mesures préventives et correctives.

QuickMS, un outil pour piloter les RH et le risque professionnel

QuickMS est une solution de gestion sociale 100 % digitale, qui aide les TPE, PME et ETI à piloter et automatiser leurs ressources humaines. L’outil vous donne accès à plus de 800 indicateurs en quelques clics grâce aux fichiers DSN. Il permet notamment de calculer les risques professionnels et de les suivre, en créant vos tableaux de bord personnalisés.

Avec QuickMS vous pouvez :

  • répertorier le nombre d’accidents du travail,
  • catégoriser les accidents du travail selon différents critères pour faciliter l’analyse (par motif, période, sexe, etc.),
  • commenter vos tableaux de bord pour apporter du contexte et des compléments d’information,
  • accéder facilement au taux de fréquence et au taux de gravité,
  • suivre l’évolution des indicateurs d’une année sur l’autre,
  • faire des analyses par établissement, par service ou unité organisationnelle.

Prévisoft, solution spécialisée dans la gestion de la sécurité au travail

Prévisoft est un logiciel spécialisé dans la gestion de la santé et de la sécurité au travail. Accessible en ligne, cette solution aide les petites et grandes entreprises à gérer les accidents du travail et les maladies professionnelles. Elle dispose de modules spécifiques pour s’adapter à votre secteur : gestion des risques chimiques, des risques liés aux équipements ou aux déchets, etc.

Avec Prévisoft :

  • déclaration des accidents du travail et transmission à l’Assurance Maladie,
  • gestion des rechutes, des prolongations d’arrêt ainsi que le suivi de la durée des arrêts,
  • supervision et organisation des visites médicales des collaborateurs·trices (planning, convocations, etc.),
  • signalement des accidents bénins,
  • calcul du taux de fréquence et du taux de gravité.

Le taux de fréquence moyen en France

Quand on se penche sérieusement sur le sujet des accidents au travail ayant entraîné un arrêt et sur le taux de fréquence, on cherche tout naturellement à le comparer aux autres entreprises afin de savoir si l’on se situe au-dessus ou en-dessous de la moyenne.

Le taux de fréquence moyen en France est de 22,7

Rapport de gestion “Risques professionnels : sinistralité 2016” de l’Assurance Maladie

Ce chiffre permet de se faire une idée de la moyenne nationale, mais il est peu pertinent de le prendre en compte pour effectuer une comparaison avec son entreprise car les métiers et les secteurs ne sont pas soumis au même niveau de risque.

Par exemple, le taux de fréquence moyen métallurgie ou le taux de fréquence transport routier sera logiquement plus élevé que celui d’une banque.

Voici les taux moyens par secteurs présents dans ce même rapport de l’Assurance Maladie :

Secteurs d’activité Taux de fréquence
Alimentation 29,2
BTP 38,9
Bois, ameublement, papier-carton, textile 27,4
Chimie, caoutchouc, plasturgie 16,6
Commerce non alimentaire 14,8
Métallurgie 19,5
Services I (banques, assurances, etc.) 7,8
Services II (santé) et travail temporaire 32,2
Transport, EGE, livre, communication 28,6

De plus, au sein d’une même entreprise, tous les départements et tous les métiers ne sont pas soumis au même niveau de risque professionnel.

Vers une culture de la prévention des risques

Suivre l’évolution de l’indice de fréquence et des autres indicateurs comme le taux de gravité, permet de donner une représentation fidèle de la maîtrise du risque professionnel, et d’agir avec plus de précision.

Mais avant tout, les entreprises doivent mettre en place une véritable culture de la prévention au sein de leurs établissements. Il s’agit de sensibiliser les managers et autres collaborateurs à ces risques afin de mieux les repérer, et de les neutraliser ou les éviter.

Encourager le signalement des accidents bénins et autres incidents liés à la sécurité permet une meilleure remontée d’informations et donc une meilleure analyse du risque, afin de miser sur des actions préventives, plutôt que correctives.

Suggestion de logiciels pour vous

Flatchr

Flatchr
Multi-diffusion d'offres, recrutement et suivi des candidats
Essai gratuit 14 jours
Voir ce logiciel

KAMMI

KAMMI
La suite de gestion RH intuitive et dédiée aux TPE-PME
Demandez une démo !
Voir ce logiciel

ServicesRHOnline

ServicesRHOnline
Tous les outils RH dans un logiciel en ligne
Démonstration gratuite
Voir ce logiciel
Commenter cet article

Ajouter un commentaire