Product Owner, à vous l’honneur !

Product Owner, à vous l’honneur !

La·le Product Owner, ou responsable produit, supervise et coordonne l’élaboration et le développement d’un produit numérique, en tenant compte des exigences de plusieurs parties prenantes, dont celles du client et celles des utilisateurs. Véritable chef d’orchestre, la·le PO fait le pont entre la partie technique et la partie métier d’un projet. Garant·e du produit, elle·il le porte vers des améliorations toujours plus poussées afin de maximiser la valeur offerte aux utilisateurs.

Qui se cache derrière le Product Owner ? Que fait-il au quotidien ? Quelles sont ses responsabilités et ses interactions avec son équipe ? Nous avons eu la curiosité de nous glisser dans les baskets du PO. Suivez-nous !

Sommaire

Suggestion de logiciels pour vous

monday.com

monday.com
La plateforme intuitive pour la collaboration de travail
Voir le site
Voir ce logiciel

MeisterTask

MeisterTask
L'outil de gestion de tâches en ligne le plus intuitif
Commencer Gratuitement
Voir ce logiciel

Beesbusy

Beesbusy
Une utilisation simple et des fonctionnalités élaborées
S'inscrire gratuitement
Voir ce logiciel

Le rôle du Product Owner : définition, missions, responsabilités

Mais qui est donc le Product Owner ?

En quelques mots, la mission principale du PO consiste à développer et à optimiser un produit numérique ou informatique (le plus souvent, un logiciel, une application ou un site web), dans le cadre budgétaire et les délais impartis, afin de répondre le plus justement possible aux attentes des utilisateurs.

Pour cela, il assure la liaison stratégique entre les demandes du client et les équipes internes (marketing, design, technique et commerciale). Sa vision est orientée produit, métier et efficacité : il s’assure que ce dernier soit développé conformément aux besoins des utilisateurs, dont il recueille et analyse les attentes.

Disposant à la fois de compétences techniques et de manager d’équipe, il a pour mission d’orchestrer le projet et de veiller à sa mise en œuvre par l’équipe de réalisation. Il travaille généralement en appliquant une méthode agile, comme la méthodologie Scrum, la plus utilisée.

Différences avec Product Manager

À la différence du Product Manager, le Product Owner est plutôt orienté opérationnel, avec comme principales missions de :

  • porter la vision produit et planifier la roadmap produit ;
  • formuler et prioriser les besoins ;
  • gérer le backlog produit ;
  • superviser les étapes de développement ;
  • adopter une démarche d’amélioration continue du produit.

L’illustration ci-dessous explicite ses divers rôles en détail :

Product-Owner_fiche-metier-product-owner-lesjeudis

© LesJeudis

Les différentes parties prenantes, clients et collaborateurs travaillant directement avec la clientèle, comme les commerciaux, viennent enrichir sa vision stratégique.

Le Product Manager, quant à lui, est plus encore dans l’analyse de la data et la stratégie. À la convergence des pôles marketing, commercial et de conception, son rôle consiste à accompagner le produit de sa conception à son arrivée sur le marché. Il cherche donc à obtenir une vision pointue de l’écosystème dans lequel pourra se positionner son produit.

Mais attention, les appellations varient d’une organisation à l’autre : Chef de produit, Product Manager, Chief Product Officer (CPO), Head of Product, etc. L’important est de cerner concrètement les missions attribuées au rôle, derrière l’étiquette. Dans tous les cas, le « product » se réfère au livrable qu’il faut fournir au demandeur suite à l’exécution d’un projet, produit qui est généralement numérique (site web, produit SaaS, application mobile, application interne, etc.).

Quelles sont les responsabilités du PO ?

Selon le Scrum Guide :

Le Product Owner est « responsable de la maximisation de la valeur du produit résultant du travail de l’équipe de développement. »

C’est à lui que revient le management du Product Backlog, un outil qui liste et priorise les éléments du projet, incluant :

  • la formulation et l’organisation des éléments (items) du Product Backlog,
  • l’optimisation de la valeur du travail effectué par l’équipe de développement,
  • la visibilité et la transparence du Product Backlog pour tous, et la clarté des prochaines tâches à réaliser.

☝ La·le PO est l’unique responsable du Product Backlog : si des souhaits sont émis pour changer certains de ses éléments, c’est elle·lui qui prend les décisions et qui définit les spécifications.

En effet, la·le Product Owner est la personne qui va comprendre puis exprimer les besoins :

  • compréhension de la vision de l’entreprise et des attentes des clients,
  • rédaction de User Stories et leur priorisation,
  • retranscription en features,
  • détermination de règles précises pour l’ajout ou la modification de fonctionnalités,
  • création de tests de validation, etc.

Elle·il étudie régulièrement la priorisation des User stories, afin de faire coïncider à la fois les attentes du client et le travail effectif de l’équipe, sprint après sprint.

product-owner_collaboration

© Rawpixel.com/ Shutterstock

Zoom : la fiche métier du PO

Les compétences requises

Pour réussir dans ses activités au quotidien, la·le Product Owner doit faire preuve des qualités et compétences suivantes :

★ Hard skills :

  • compréhension du produit,
  • compétences techniques et sensibilité tech,
  • sensibilité UX,
  • connaissances en design,
  • notions en business et marketing,
  • intérêt pour le growth hacking, utilisation du framework AARRR,
  • qualités analytiques : analyse de données, étude des KPI et esprit de synthèse,
  • expérience en management de projet, avec une bonne connaissance des approches agiles (tout particulièrement la méthodologie Agile Scrum).

☆ Soft skills :

  • sens de l’organisation et bonne gestion des priorités,
  • capacité de prise de décisions : arbitrage entre les différents enjeux et parties prenantes,
  • communication et clarté d’expression,
  • sens de la négociation et diplomatie,
  • réactivité, exécution rapide et proactivité,
  • talent relationnel et sens de l’écoute,
  • disponibilité et flexibilité,
  • curiosité et créativité.

Les formations

Comme il s’agit d’un métier qui a émergé relativement récemment, divers parcours sont possibles. Les compétences recherchées sont essentiellement axées sur les parties technique, stratégique et maîtrise de la gestion de projet.

Pour ce métier, on retrouve les formations suivantes :

  • une formation en école de commerce avec un attrait prononcé pour la tech et le monde du numérique ;
  • une formation en école d’ingénieur avec une appétence et des compétences en gestion de projet ;
  • des spécialisations accessibles directement après le bac : en marketing digital, en webmarketing, en analytics ;
  • un Bachelor proposé par l’École européenne des métiers de l’internet ;
  • deux types de « Certification Product Owner » : la Professional Scrum Product Owner (PSPO) et la Certification Scrum Product Owner (CSPO).

🌟 Finalement, l’important pour réussir, c’est que la·le PO :

  • comprenne les besoins métiers,
  • possède un bagage digital suffisant pour cerner les enjeux techniques et pour être capable d’interagir avec l’équipe de développement,
  • et/ou dispose de bonnes notions en business et en marketing stratégique.

☝ Des événements permettent de se tenir à jour, afin d’être au fait des dernières tendances métiers, de se former, et de s’inspirer auprès d’orateurs renommés dans le domaine. On peut citer par exemple :

  • La Conf’ — School of PO : conférence à Paris avec des formats conférences et ateliers. Au programme : inspiration, partage d’expériences et échanges avec des orateurs de renommée — prochaine édition en mars 2020.
  • Le Scrum Day : rendez-vous annuel de la communauté Agile/Scrum en France. Les ateliers et sessions proposés s’adressent à tous les niveaux d’expérience.

Les débouchés

Le métier de Product Owner se retrouve dans les entreprises de taille moyenne et start-ups, qu’elles soient jeunes pousses ou en accélération (scale-ups). Les PO peuvent évoluer dans des équipes de tailles variables, dans des structures du monde du SaaS essentiellement. Leur environnement de travail peut être :

  • une agence digitale,
  • un éditeur de logiciel,
  • un e-commerçant, etc.

Les rémunérations

Les fourchettes de salaires sont variables selon le niveau de compétences et l’expertise métier d’un·e Product Owner, de même que ses années d’expérience.

Pour un·e jeune diplômé·e à la sortie d’école ou pour une première expérience en tant que PO, le curseur du salaire annuel brut se place entre 32 000 et 38 000 euros. Le PO peut être un professionnel ayant déjà un bagage marketing, webmarketing, en analyse de données ou en gestion de projet.

En début de carrière, avec déjà une expérience à ce poste, la·le Product owner peut toucher entre 38 000 et 48 000 euros bruts annuels, en fonction de la structure, de son niveau de qualification, et de ses années d’expérience (1 à 3 ans).

Enfin, les salaires peuvent atteindre des montants bien plus importants dans les très grandes organisations et avec des profils confirmés, disposant d’une solide expérience métier et/ou d’expériences sur différents types de produits. La fourchette se situe alors entre 50 000 et 65 000 euros bruts par an. Ces salaires peuvent encore s’élever pour des PO ayant un background technique.

Pour récapituler :

  • Profil jeune diplômé :             32-38 k€/an,
  • Profil avec 1re expérience :   38-48 k€/an,
  • Profil expérimenté :                50-65 k€/an.

Ces éléments donnent déjà un aperçu de la réalité métier du Product Owner. Mais qu’en est-il de son quotidien, en pratique ? Tâchons de cerner les activités et missions quotidiennes du PO.

Dans les baskets du PO pour une journée

Les activités « types » du Product Owner

Les activités quotidiennes d’un Product Owner au quotidien vont dépendre de la nature du produit à développer ou à améliorer, de l’envergure et du type de projet, de la taille de l’équipe et des personnes impliquées et, enfin, des process et méthodologies de l’entreprise.

Dans tous les cas, communication et collaboration sont au cœur des occupations quotidiennes de la·du PO, qui travaille étroitement avec les différents pôles ou services suivants :

  • l’équipe R&D,
  • l’équipe support client,
  • l’équipe commerciale,
  • l’équipe marketing,
  • les clients.

Voici à quoi pourrait ressembler l’emploi du temps moyen de notre PO fictif, qui applique ici une méthode agile :

La journée s’ouvre sur une réunion avec l’équipe de développement sur le mode agile, appelée daily scrum ou stand-up meeting. Au cours de ce point d’une dizaine de minutes, le PO et les membres de l’équipe de réalisation passent en revue les réalisations faites par les développeurs la veille et leurs prévisions pour la journée. Si des problèmes sont signalés, une solution doit être trouvée avec l’équipe, en suivant le cadre méthodologique Scrum.

Le PO effectue ensuite le suivi et la vérification des tâches en cours et à venir : il s’assure que les fonctionnalités (features) ou les évolutions développées sont conformes aux souhaits émis par le client ou par un collaborateur en interne.

Le PO va ensuite consacrer une partie de son temps à la préparation du prochain sprint.

Pour cela, il suit la roadmap produit, qui s’inscrit elle-même dans la stratégie construite par la direction pour l’année et qui accompagne les objectifs des différents services. La roadmap est révisée de façon trimestrielle ou mensuelle, affinée, spécifiée et validée par les managers de chaque service en intégrant des objectifs à plus court terme.

Les exigences liées au produit sont retranscrites dans un langage accessible à tous sous la forme de user stories, des descriptions simples, concises et compréhensibles des attentes des utilisateurs qui correspondent à des fonctionnalités. Elles sont stockées dans le product backlog, un « réservoir » qui contient l’ensemble des fonctionnalités souhaitées. Chaque user story inclut les éléments suivants :

  • En tant que... [utilisateur concerné],
  • Je veux... [fonctionnalité],
  • Afin de... [besoin, bénéfice].

De manière générale, le PO étudie la faisabilité de ces exigences : il cherche à comprendre pour chacune ses objectifs et sa valeur métier, par exemple. Généralement, il tient compte des critères suivants pour les prioriser :

  • le degré d’importance de la fonctionnalité pour le client,
  • l’estimation initiale donnée par l’équipe R&D,
  • la valeur ajoutée pour l’entreprise,
  • le facteur risque.

Le PO est souvent à la recherche du quick win : un rapide gain avec peu de ressources déployées même si, parfois, de plus gros efforts sont requis pour un moindre gain immédiat.

En amont du sprint, le PO se sert du product backlog pour trier, ordonner et planifier les fonctionnalités qui doivent être développées en fonction de leur importance métier. L’équipe R&D peut travailler sur plusieurs features au cours d’un sprint (ou itération). Le nombre de fonctionnalités par itération est variable et dépend du score attribué à chacune des features. Durant le sprint planning, la cérémonie agile Scrum qui entame le sprint, l’équipe R&D attribuera un score aux user stories en fonction de critères techniques. Les autres fonctionnalités souhaitées demeurent dans le backlog et seront planifiées lors de futurs sprints.

Notre PO interrompt sa planification : il est de nouveau sollicité par l’équipe R&D, qui souhaite discuter de certains points du projet. Ils font un brainstorming technique pour faire avancer le développement du produit.

Enfin, cette journée bien chargée touche à sa fin. Notre Product Owner termine par une réunion avec la UI designer, à propos de la conception du produit. Ils travaillent ensemble sur les maquettes en vue de la prochaine des itérations qui aura lieu la semaine suivante.

Lire aussi : Méthode agile : définition et 6 conseils pour la mettre en œuvre

product-owner_meeting

© dotshock / Shutterstock

Finalement, les activités du quotidien sont variables selon l’organisation pour laquelle le PO travaille, mais de manière générale, une grande partie de son temps est passée à exploiter des données et des métriques, arbitrer, prendre des décisions et jongler entre différents risques sur les plans business, social, technique, financier et temporel. Il doit trouver un équilibre entre créer le bon produit, utiliser les bonnes ressources, et livrer le projet dans les meilleurs délais.

La boîte à outils du Product Owner

Les solutions logicielles dont peut se servir un Product Owner englobent une variété d’activités, de la gestion de projet en mode agile à la conception des prototypes. En voici une sélection, non exhaustive, qui peut être complétée ou adaptée selon le fonctionnement de toute organisation :

Logiciels de gestion de tâches et de projet

👉 Asana, Gitlab, Jira, MeisterTask, Monday.com, Trello

Quelques avantages de ces solutions :

  • planification flexible adaptée aux équipes agiles ;
  • gestion collaborative et structuration visuelle des tâches ;
  • tableaux de bord et reporting.

Logiciels de prototypage et de graphisme

👉 Balsamiq Mockups, Mockplus, Pidoco, Mockflow, Sketch, Figma

Quelques avantages de ces solutions :

  • création de prototypes d’interface utilisateur sans programmation ;
  • création de maquettes, habillement, drag and drop, etc. ;
  • facilité de prise en main.

Logiciels de support client

👉 Help Scout, Intercom, Uservoice

Quelques avantages de ces solutions :

  • reflet de la voix et des problématiques clients ;
  • segmentation des contacts ;
  • axées expérience client et engagement des utilisateurs.

Logiciels d’analyse de données

👉 Google Analytics, Segment

Quelques avantages de ces solutions :

  • outils de tracking ;
  • tableaux de bord personnalisés (Dashboards) ;
  • analyse et segmentation des audiences.

Pour conclure : un rôle de facilitateur

En bref, le Product Owner endosse un rôle transverse. « Super chef de projet digital », il fait le pont entre les équipes internes : entre le business, le service marketing, l’équipe R&D et la partie design.

Outre sa qualité de manager, avec un bagage solide dans les domaines tech/digital, le PO reste enfin l’interlocuteur privilégié des utilisateurs.

Et vous, êtes-vous intéressé·e par le métier de Product Owner ? Si vous exercez ce métier au quotidien, comment vous informez-vous sur les dernières tendances du secteur ? Quels sont les conseils que vous pourriez donner à de futurs pairs ?

Suggestion de logiciels pour vous

Proggio

Proggio
Gestion des tâches et gestion de projet collaboratives
Essayer gratuitement
Voir ce logiciel

Planview

Planview
Gestion de projet, PPM, Innovation, Travail collaboratif
Etre contacté par CoPrime
Voir ce logiciel

Wimi Armoured

Wimi Armoured
Spécialiste du travail d'équipe sécurisé
Essayer gratuitement
Voir ce logiciel
Commenter cet article

Ajouter un commentaire